Aidan Baker & Gareth Davis: « Invisible Cities II »

1 février 2020

Aidan Baker (Nadja) et le clarinettiste basse Gareth Davis poursuivent leur fructueuse collaboration avec Invisible cities II – cinq nouveaux morceaux de jazz (ambiant et de chambre) fait de subtils drones d’une qualité qui force à la concentration. 

Il y a deux ans, le guitariste canadien Aidan Baker et le clarinettiste belge Gareth Davis ont sorti leur premier duo invisible cities qui en a surpris plus d’un par sa qualité calme, voire méditative. davis s’était fait un nom dans de nombreux domaines, du post-trock de a-sun amissa ou oiseaux-tempête, de la nouvelle musique (peter ablinger, bernhard lang), en passant par l’expérimentation avec des musiciens allant de elliott sharp, merzbow à scanner, tandis que baker est surtout connu pour son duo drone / postmétal, mais ce n’est qu’un des nombreux projets en cours (e.g.b/b/s avec andrea belfi et erik skodvin aka svarte greiner) et une multitude d’albums solo.

Sur invisible cities, le duo a exploré le côté plus calme des choses – du jazz de chambre à l’ambient / dron en donnant beaucoup d’espace et d’air à respirer à leur instrument respectif. Des drones de guitare subtils, des sons de clarinette sonores, un paysage sonore de tranquillité et d’introspection méditative – tout cela,on le trouvera trouverez aussi sur le Invisible cities II qui est une continuation et un raffinement accomplis du premier effort de collaboration du duo à partir de 2018, un effort qui frôle l’universel et l’envoûtant.

***1/2