Diesel Park West: « Not Quite the American Dream »

14 septembre 2022

Quel long et étrange voyage cela a été ! Trente-trois ans après que leur premier album Shakespeare Alabama ait présenté Diesel Park West au monde, ils sont de retour avec Not Quite the American Dream, leur premier depuis Let It Melt en 2019, trouve le groupe en pleine forme. Il envoie un message clair que Diesel Park West n’est pas seulement vivant et en pleine forme, mais qu’il prospère.  « Pourquoi sommes-nous encore là ? » demande John Butler, leader, auteur-compositeur et seul membre à avoir gardé le cap depuis leur formation en 1980 sous le nom de The Filberts.  Le combo est toujours poussé par le désir d’écrire et, comme ils le disent : « C’est de plus en plus facile. Nous arrivons aux répétitions, fatigués, crevés et énervés, mais quand nous commençons à jouer, en quelques minutes, nous avons l’impression d’être le meilleur groupe du monde. C’est pour ça qu’on est toujours là ! »  Let It Melt rappelle les points forts de DPW : des chansons classiques dans la riche veine de Moby Grape, Buffalo Springfield, Gene Clark et les Byrds, soutenues par un amour pour le rock’n’roll féroce, inspiré des Rolling Stones, et un talent pour les paroles à caractère social.  Butler, qui est déjà un maître de l’art, monte encore d’un cran dans son jeu en livrant douze chansons mémorables et pleines d’accroches. 

La pandémie de COVID a entraîné des restrictions dans le processus d’enregistrement, obligeant John à s’imposer comme le guitariste principal d’un groupe qui en comptait autrefois pas moins de trois. Le disque a été enregistré au Royaume-Uni mais a été terminé au Texas. C’est là que les musiciens/producteurs de Dallas Salim Nourallah et John Dufilho (Deathray Davies/Apples in Stereo) ont terminé l’enregistrement et le mixage.  Malgré les liens du groupe avec les influences américaines, le nouvel album est typiquement britannique, avec sa couverture de la scène de rue de Leicester et ses chansons à caractère social.   « Secondary Modern Man » est peut-être l’une des ruminations les plus parlantes de Butler, et aussi la meilleure chanson des Kinks que Ray Davies n’a jamais écrite. Son point de vue autobiographique sur le système éducatif britannique de l’après-guerre est accompagné d’une mélodie exubérante et d’un rythme de batterie endiable dont Ray Davies lui-même ne pourrait qu’être jaloux !

****