No BS: Just Rock & Roll!

Tant qu'il y aura du Rock!

Joan Shelley: « Like the River Loves the Sea »

Ce sixième album de Joan Shelley, musicienne folk américaine d’une grande délicatesse, entrera sans doute dans vos os si il est écouté l’esprit en fuite et les yeux fermés. Enregistré à Reykjavik, Like the River Loves the Sea tombe à point : intime, luminescent, superbement calibré, il se veut un espace de répit dans une époque bruyante et décousue. Mais il n’est pas question d’abandon ; Joan Shelley se replie dans la force et la douceur pour étudier les mouvements subtils des âmes, des corps et de leurs lieux.

Son folk acoustique fabriqué aux guitares, parfois effleuré par des percussions, sent la terre, les effluves de peau, l’air des grands espaces laissés en jachère. « Take me to the bed / Shake me to my knees / Where I can find a piece of you / And you can have a piece of me », ordonne sa voix tendre et chatoyante sur « Tell Me Something », relevée avec poigne par les cordes de deux musiciennes islandaises. Métaphoriquement, cet album incarne le Kentucky, d’où vient Joan Shelley — mais ses racines, elles, sont universelles.

***1/2

21 septembre 2019 Posted by | Chroniques du Coeur | | Laisser un commentaire

Joan Shelley: « Joan Shelley »

Il est délicat de pouvoir innover dans un genre aussi rebattu que le folk acoustique. C’est à partir de ce constat que Joan Shelley se garde bien de vouloir l’être. En dépit, ou plutôt grâce à cela, l’auteure compositrice nous fait partager un univers où tranquillité simple et arrangements mélodieux nous emmènent en un voyage musical où toute pose artificielle est exclue.

L’approche, à l’image de l’enchanteur chorus sur « Where I’ll Find You », semble être magique, de cette magie qui parvient à combiner intimité naturelle et assurance qu’un long travail en studio véhicule.

Si élégance et stylisation il y a, elles sont véhiculées avec concision et éloquence (« The Push And Pull ») mais aussi articulées avec chaleur et romantisme calme qui évoque Nick Drake ou Joni Mitchell. Comme ces deux derniers, Shelley nous montre une maîtrise de son art et elle l’exploite ici avec une grâce et une modération infinies.

***1/2

14 mai 2017 Posted by | Quickies | | Laisser un commentaire