Alex G: « God Save The Animals »

God Save The Animals est le neuvième projet complet du roi de la lo-fi Alex G, et son premier en trois ans (après We’re All Going to the World’s Fair OMPS en 2022). Alex G est un artiste qui a fait preuve d’une production inégalée depuis ses débuts stellaires ‘Race’ en 2010, avec un grand nombre de singles, EPs et splits, et des crédits sur des projets de Frank Ocean, Porches et Japanese Breakfast, entre autres.

Comme il l’a été dit lors de critique du single  » Miracles « , ce nouvel album s’éloigne de ses racines lo-fi, avec un son plus raffiné et poli. Cependant, le morceau d’ouverture de ce nouvel album,  » After All « , semble rendre hommage à son histoire de basse-fidélité, en montrant une colonne vertébrale de touches brumeuses et de voix pitchées avec effets. Le single ‘Runner’ résume parfaitement l’ensemble du paysage sonore de l’album, une combinaison délectable de touches pincées, de batterie paresseuse et de ce son de guitare classique d’Alex G. De plus, ce single a permis à Alex, qui est un produit d’une scène Internet de niche avec une fanbase culte incroyablement dévouée, d’apparaître dans le Tonight Show Starring Jimmy Fallon – une différence frappante par rapport à ses humbles débuts sur Bandcamp.

Le disque avance doucement, la guitare (comme d’habitude) étant le point central de la liste des titres. Alex montre également une amélioration de ses capacités vocales ; il est rafraîchissant d’entendre sa voix claire et nette après tant d’années d’enregistrements lo-fi et DIY. Cela dit, l’album se replie parfois sur ces éléments lo-fi, qu’il s’agisse de voix trempées dans la room-reverb ou de saturation excessive de certains instruments. S.D.O.S.  » est un morceau essentiellement instrumental, qui contient un motif obsédant au Mellotron avant de se transformer en chant fortement accordé automatiquement, à la manière de 100 gecs. Entendre Alex G se mêler aux genres n’est pas du tout inhabituel, mais c’est une surprise bienvenue sur un album aussi « live ». 

« Immunity  » monte également d’un cran, avec l’intégralité de l’extrait qui s’enorgueillit de ces vocaux AutoTuned. Il se termine également par un jam instrumental bizarre, un mur de guitares bancales et de piano staccato. Forgive  » clôt l’album et est également le morceau le plus long de l’album. Il s’agit d’un morceau country et classique d’Alex G, présentant des banjos, des guitares électriques croustillantes et un rythme lent. Comme d’autres moments de l’album, il est principalement instrumental et s’éteint avec une rupture de la guitare principale.

Dans « God Bless the Animals », on retrouve Alex G sur son terrain de prédilection, avec ses morceaux à la guitare acoustique, somnolents mais doux, ainsi qu’une bonne dose de textures lo-fi, des traits de piano accrocheurs et quelques-unes de ses meilleures performances vocales à ce jour. Malgré la haute fidélité d’une grande partie du projet, cela n’empêche pas Alex d’expérimenter avec AutoTune et des sons plus étranges. Ainsi, même si les singles sont les plus attrayants commercialement, Alex ne perd jamais son intégrité ou sa signature sonore en tant qu’artiste et il nous offre ici un retour brillant qui reste attaché à ses racines DIY…

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :