The Marrs Volta: « The Mars Volta »

Cedric Bixler-Zavala et Omar Rodríguez-López ont attendu une décennie. Le septième album (éponyme) du duo montre les paysages sonores complexes qui ont fait leur réputation, désormais habillés et chaussés d’un costume encore plus sophistiqué. The Mars Volta s’inscrit dans la continuité des bouleversements émotionnels et de l’expressivité fulgurante qui ont toujours fait partie du groupe.

Il y a beaucoup de psychédélisme et de riffs de guitare enrobés de sons plaintifs. En fait, il ne serait pas surprenant que Rodríguez-López ait percé un trou dans son pédalier pendant l’enregistrement, étant donné les nombreuses nuances d’effets wah-ing que l’on trouve ici. Mais l’album propose également des morceaux aux couches compliquées, comme  » Blank Condolences « , qui superposent des mélodies contrapuntiques, et même le court et éclatant  » Qué Dios Te Maldiga Mí Corazón « , qui présente des motifs de batterie hispaniques dans une forme de tango rock. Cerulea » est fièrement triste et acceptée. « Enfin, j’ai trouvé mon moment pour m’effondrer » (At last I’ve found my moment to fall apar), chante Bixler-Zavala alors qu’une guitare fulgurante s’élève au-dessus de lui dans un moment crucial pour le groupe.

The Mars Volta s’éloigne du modèle des longs morceaux qui grimpent et qui nous avaient été présentés sur Noctourniquet en 2012, et pourtant, il parvient à ne pas être en deçà de leur chaos coloré tant apprécié. Dans le morceau d’ouverture  » Blacklight Shine « , nous sommes accueillis par des percussions et des guitares aux accents des années 60, avant d’entrer dans  » Graveyard Love « . Cette deuxième piste est alimentée par des basses pulsées et des rythmes lents et gonflés, avec une caisse claire de style militaire. Il dévoile les recoins les plus sombres de cette nouvelle version du duo. En restant volontairement disparate dans un album où aucune chanson ne dépasse les quatre minutes et treize secondes, le disque est aussi bien construit que ses prédécesseurs, mais sait, dans sa maturité, qu’il n’a pas besoin de faire traîner les choses.

Il y a beaucoup de choses à décortiquer ici. The Mars Volta pourrait bien être un de ces albums qui grandissent en vous. C’est un disque qui peut vous faire penser à mille choses à la fois. Mais si vous êtes prêt à vous asseoir et à savourer le goût avant de digérer, vous comprendrez pourquoi il a mis si longtemps à fermenter.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :