Crack Cloud: « Tough Baby »

Le collectif DIY jette aux orties tout semblant de genre, alors que chœurs et cordes se frottent aux kazzos et aux guitares déchiquetées. « La musique est un excellent moyen de laisser sortir sa colère, de tout mettre sur papier », conseille le père du batteur et chanteur Zach Choy sur le troisième album du collectif artistique Crack Cloud de Vancouver. Ce qui suit est un premier album inhabituellement introspectif, d’une sincérité digne de Kaufman et d’un mélodrame à couper le souffle, semblable à un This Heat plus acceptable. Dès le départ, l’intention est claire : Tough Baby est centré sur l’alchimie qui consiste à transformer un traumatisme en triomphe grâce à la créativité, et à faire un art qui se nourrit de soi-même.

Tough Baby est un bond en avant stylistique monumental qui, avec le recul, aurait pu être anticipé. Lorsque vous enlevez toutes les influences culturelles de 2020’s Pain Olympics, cela se résume au tissu cicatriciel émotionnel que Crack Cloud a emballé. Il en va de même ici : sur Tough Baby, le collectif se défait essentiellement de lui-même – de ses propres peurs, angoisses et illusions – des sentiments conventionnellement négatifs mais transformés en quelque chose de positif du fait qu’ils se manifestent sous la forme d’une œuvre d’art, et non d’un acte de dépréciation.

La dynamique post-punk traditionnelle des guitares agitées et déchiquetées et des jeux de mots abstraits est remplacée par des chœurs de femmes locaux et des arrangements cinématographiques effusifs. Malgré cette évolution audacieuse, des signes de l’ancien Crack Cloud apparaissent sous la surface, s’échappant à travers les fissures : « Crackin Up » conserve un semblant des versions précédentes, avec ses angles aigus et son aspect nerveux. L’inclusion de cuivres et d’une myriade de détails ésotériques (boucles de bande, collages sonores, kazoos et synthétiseurs) ajoute une résonance émotionnelle à l’intensité du chant de Zach Choy, qui semble pratiquement mâché et craché. Tough Baby est la sœur sophistiquée de Pain Olympics – plus XTC que Gang of Four – tout en étant plus bizarre, plus satanique et plus effronté que jamais. A classer sous : Apocalypse Disco.

Plus préoccupé par la narration visuelle que par le fait de se cantonner à des catégories musicales, le genre est pratiquement abandonné sur Tough Baby. Contrairement à la façon dont les disques sont digérés par la population, l’album fonctionne de la même manière qu’un roman ou un film. C’est le genre de narration dont Kendrick Lamar est le maître, avec une capacité à transporter les auditeurs dans un monde extérieur au leur – pour rire et souffrir par procuration à travers la musique.

La fluidité de Tough Baby ressemble à celle d’un album conceptuel, mais alors que les albums conceptuels sont généralement bien ficelés avec un élément de viscosité, Crack Cloud omet la logique en laissant libre cours à ses émotions. La nature contradictoire de la vie n’est pas une expérience cohésive. Le concept ici, alors, est peut-être simplement d’être soi-même, et de donner la priorité à ses sentiments.

Quiconque a assisté à une réunion des alcooliques anonymes connaît le discours consistant à s’abandonner à une puissance supérieure. Je n’écris pas souvent à la première personne, mais cet album a touché mon partenaire – qui suit actuellement son propre parcours de réhabilitation – à un niveau personnel et profond. Tough Baby est l’équivalent audio de la guérison d’une dépendance. Il accentue l’importance de la créativité en tant qu’acte de guérison, et la négation de l’ego en faveur de la communauté, de la solidarité et de l’action.

Malgré leur succès relatif, Crack Cloud reste farouchement indépendant. En tant que collectif DIY, ils travaillent selon leurs moyens, leurs seules limites étant eux-mêmes. Sorti sur leur propre label Meat Machine, le disque est dédié à l’idée que si l’on supprime les intermédiaires et que l’on laisse un groupe de personnes à leurs propres moyens – en leur donnant une liberté créative sans entrave – on peut obtenir des résultats profonds et, dans le cas de Crack Cloud, des chefs-d’œuvre opportuns ancrés dans l’espoir plutôt que dans le désespoir.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :