Pale Blue Eyes: »Souvenirs »

Les premières impressions peuvent être trompeuses. Le début de Pale Blue Eyes Souvenirs suggère que le groupe ne se soucie pas trop de savoir si l’album est traité comme une musique de fond ou comme une expérience qui demande de la concentration. Bien que le son soit agréable, la plupart des chansons n’ont pas d’accroche mélodique immédiate. Après un certain temps, il devient évident que Souvenirs est plus sophistiqué qu’un nom qui fait ostensiblement référence à des objets de mauvais goût provenant de boutiques de bord de mer. De nombreux éléments témoignent de l’expérience musicale des membres du groupe. Des riffs de guitare krautrock sur « Under Northern Sky », des synthés de science-fiction bouillonnants sur « Star Vehicle », qui rappellent les expériences radiophoniques de Delia Derbyshire, et l’intro farfelue de « Dr Pong », qui rappelle légèrement « Sweetheart Contract » de Magazine. Ces allusions ne décrivent peut-être pas entièrement les intentions créatives de Pale Blue Eyes. Pourtant, ces associations – ainsi que le nom du groupe – créent une chambre d’écho où diverses idées coexistent dans une seule dimension.

Deux des trois membres du groupe, Matt et Lucy Board, sont diplômés d’une école d’art. Avec une référence spécifique à la scène électronique expérimentale et alternative de la fin des années 70 (Lucy Board a écrit sa thèse sur Cabaret Voltaire), ils définissent leurs racines musicales comme modernistes. Cela fait allusion à différents éléments, tant internes qu’externes. Le bassiste Aubrey Simpson est réputé être un fan de Motown. L’album a été mixé et masterisé par Dean Honer, membre du duo de musique électronique I Monster, qui a travaillé avec The Human League et Róisín Murphy. C’est peut-être l’implication de Honer et le groove de Simpson, influencé par la Motown, qui donnent à ce disque sa touche dancefloor impeccable.

Chaque composition est un paysage de rêve, les couches de synthétiseurs semblant enrober les souvenirs qui ont fait naître les chansons. La fantaisie a sa place. Pulsey « TV Flicker » évoque une transition entre la réalité terrestre et les mondes extraterrestres. Les pads éthérés et les arpèges ondulants de « Dr Pong » créent un tourbillon sonore semblable à l’océan tourbillonnant en avance rapide dans le film Solaris de Tarkovsky. L’effervescence fantasmagorique de « Champagne » est contrebalancée par la régularité de la basse et de la batterie. Cette combinaison de légèreté pétillante et de résonance tangible de la batterie est l’un des points forts de l’album.

Bien que Souvenirs soit un disque audacieux, on a l’impression que le fantastique vaisseau spatial des Pale Blue Eyes est suspendu dans les airs avant le véritable décollage. Peut-être sont-ils sur le point de définir la direction de leur voyage créatif. Ce serait formidable de les voir atteindre les régions supérieures de l’espace ainsi recherché.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :