Nadja: « Labyrinthine »

Rejoint par un quatuor de chanteurs invités – de Gnaw, Esben and the Witch, Elizabeth Colour Wheel et Full of Hell – le duo berlinois est plus terrifiant que jamais.

Il semble idiot de déclarer que Nadja a le vent en poupe en ce moment, car c’est le cas depuis près de vingt ans. Pourtant, dans le cadre d’une vaste discographie qui ne cesse de s’étoffer, les deux derniers albums des architectes du drone-métal (sans compter les split releases, les enregistrements live ou les bidules uniquement numériques) se sont distingués à juste titre.

D’une part, leur apparition en 2021 sur le label Southern Lord était attendue depuis longtemps. Ce label est considéré par les membres du groupe comme une référence en matière de musique lourde de haute qualité. Espérons que cela a permis à Nadja de gagner quelques adeptes supplémentaires qu’ils méritent. Le disque lui-même, Luminous Rot, a mis en évidence la capacité d’Aidan Baker et de Leah Buckareff à combiner des riffs lents, claustrophobes et incroyablement distordus avec une rêverie presque shoegazey. Bien que personne n’irait jusqu’à le qualifier d’accessible, c’est le type de métal pensif qui peut gagner en popularité parce qu’il n’est pas plein de testostérone et qu’il est souvent plutôt apaisant. David Pajo a été crédité pour la production de l’album, ce qui signifie que certains fans de Slint l’ont aussi acheté.

Il a été suivi, en février de cette année, par Nalepa. Celui-ci est sorti sur un plus petit label (l’allemand Midira Records) et les porteurs de sweats à capuche noirs et les disciples de Pajo qui sont restés dans les parages auront trouvé le duo rejoint par la batteuse Ángela Muñoz Martínez pour un live dans le studio à la fois spatial et méditatif.

L’album suivant est Labyrinthine. En lieu et place de la présence vocale souvent chuchotée de Baker (bien qu’elle soit absente de l’instrumental Nalepa), chaque morceau ici fait appel à un chanteur invité différent. Ne le dites pas à Southern Lord, mais le morceau d’ouverture est plus féroce que tout ce qui se trouve sur Luminous Rot. On y voit Alan Dubin (Gnaw, Khanate, etc.), toujours aussi angoissé, hurler sur des riffs profonds, flous et léthargiques et des rythmes programmés épars.

Le deuxième morceau, « Rue », adoucit l’atmosphère dans une certaine mesure. Bien qu’elle contienne toujours des coups de guitare répétés et grondants, elle a un style plus osseux et grinçant, complété de manière appropriée par Rachel Davies d’Esben And The Witch. En parlant de sorcières, on peut facilement imaginer cette chanson jouée pendant le générique de fin d’un film d’horreur discret et glauque qui culmine avec l’anti-héroïne, qu’elle soit innocente ou véritablement possédée par des pouvoirs sataniques, brûlant horriblement sur le bûcher.

Plus dense,  » Blurred  » commence par une sérénade de Lane Shi Otayonii d’Elizabeth Colour Wheel sur un bruit blanc et dur. Au bout de quatre minutes, Nadja se met à jouer des morceaux de drones métalliques tonitruants tandis qu’Otayonii chante de façon plus compréhensible, mais toujours de façon spirituelle, à propos d’un souvenir obsédant ou d’une chose de ce genre, et les couches tourbillonnantes s’accumulent progressivement. C’est le genre de chanson qui aurait sûrement poussé Hydra Head Records à renifler pour obtenir une partie de l’action, si le label post-métal estimé n’avait pas mis fin à ses activités.

« Necroausterity » est le morceau le plus long du groupe et celui qui menace vraiment d’aspirer l’auditeur dans une dimension inférieure de Clive Barker. (Même si, bien sûr, nous y sommes peut-être déjà…) Cela est dû en grande partie à la présence de Dylan Walker de Full Of Hell. Il offre une performance typiquement terrifiante qui vous mordra les os aussi facilement qu’un ours polaire frigorifié dans la toundra. En tant que tel, c’est facilement l’écoute la plus « difficile » de Labyrinthine. Pour certains, elle sera donc reçue comme le point culminant, masochiste, de toute cette satanée série. D’autres trouveront peut-être moins de plaisir à écouter quelqu’un tenter de vomir sa propre âme pendant près de vingt minutes. Mais chacun son truc.

Il serait faux de suggérer qu’il n’y a aucune cohérence ici, mais, contrairement à certains des disques plus monolithiques de Nadja, Labyrinthine est défini par les saveurs très différentes et distinctes de ses quatre dalles séparées. Cela ne vient pas seulement des styles différents des chanteurs invités, mais aussi du matériel avec lequel on leur a demandé de travailler.

Rejoint par un quatuor de chanteurs invités – de Gnaw, Esben and the Witch, Elizabeth Colour Wheel et Full of Hell – le duo berlinois est plus terrifiant que jamais. Labyrinthine est, à ce titre, une preuve supplémentaire de la mission permanente de Nadja de se surpasser et de repousser les limites de ses créations ambient-doom.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :