Katie Kim: « Hour of the Ox »

La musique qui crée efficacement une atmosphère ne définit pas toujours clairement l’humeur qui s’en dégage. Hour of the Ox de Katie Kim est rempli de vacillations sauvages dans les densités des chansons, parfois à l’intérieur des chansons. De rythmes minimalistes à des arrangements épais et discordants, l’album forme un corral lâche autour d’humeurs vagues : mélancolie, fatigue et agressivité sourde.

Cette émotion indéfinissable provient des arrangements de cordes qui jouent un rôle central sur l’album. Ils créent une tension qui traverse le disque sur une vague insidieuse. Dès le morceau d’ouverture, « Mona », les cordes font entrer l’album comme un essaim d’abeilles ; plus tard, les sirènes de raid aérien de « Into Which the Worm Falls » se fondent dans un lollop folk baroque sur « Golden Circles ». Ce n’est ni romantique, ni le moment charnière de Psycho – c’est juste le sentiment que quelque chose ne va pas.

Kim maîtrise depuis longtemps les nuances dans ses compositions. Sur Hour of the Ox, elle travaille avec des tons qui pourraient facilement oblitérer tous les autres sons, mais ces composants sont toujours retenus de manière à ce que chaque battement, chaque piano au son creux, chaque corde pincée soit pleinement présent, quel que soit le bruit qui se construit autour. Eraser » capture cet équilibre en épingle à cheveux avec une percussion satisfaisante qui fait avancer la chanson à un rythme régulier, contre le suspense créé par les cordes.

Et le rythme est la clé de toutes les chansons de Hour of the Ox. Kim prend le temps de construire les chansons jusqu’à des crescendos appropriés qui retombent sur terre ; aucun changement soudain d’intensité n’est jamais un plateau. Sur « Gentle Bird », elle étire son modèle sur une durée de sept minutes : un bourdonnement électronique grave et déclinant bourdonne sous des cordes oscillantes, et des couches de voix sont déclenchées en succession de tripwires, se pressant les unes contre les autres pour l’espace et ne laissant échapper que certains mots. Kim construit ses chansons le long d’arcs gracieux, et il y a une logique solide et un sentiment d’achèvement dans chaque chanson, qu’elle soit finale ou qu’elle passe à la piste suivante.

C’est sur le morceau « Really Far », qui clôt l’album, que l’humeur de Hour of the Ox se consolide enfin. Lorsque les chœurs étouffent presque les paroles de Kim avec un cri d’angoisse, il est enfin clair que les réactions ont toujours été plus liées à la douleur et à l’isolement qu’à la colère. C’est sur un fond de rythmes synthétiques que s’échappent certaines de ses admissions les plus humaines – une note finale triste et magnifique qui vous renverra au début, à la recherche d’une vulnérabilité qui se cachait à la vue de tous depuis le début ; fragilité que la musicienne, auteure-compositrice-interprète et compositrice irlandaise prend le temps de révéler son tempérament sur ce disque distordu et loufoque.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :