Kikagaku Moyo: « Kumoyo Island »

Il est toujours mieux de partir selon ses propres termes. Souvent, les choses peuvent imploser et laisser un scénario « et si » très insatisfaisant. Comment votre artiste musical préféré a-t-il mis fin à sa carrière ? Un membre du groupe est-il décédé ? Ils se sont séparés ? On ne sait jamais quand les choses se terminent et il existe de nombreux exemples de disques finaux dont je suis sûr que si l’artiste avait su que c’était son dernier, il aurait fait les choses un peu différemment. Le groupe psychédélique japonais Kikagaku Moyo n’a pas attendu ce « moment » et a pris le contrôle de ses 10 ans de carrière en annonçant qu’après la sortie de son cinquième album et une tournée, le groupe se mettra en hiatus pour une durée indéterminée. Ce genre de nouvelle fait mal, mais Kumoyo Island est le cadeau d’adieu parfait pour tous les fans qui ont suivi leur fantastique voyage psychologique. Ce nouvel album rivalise avec l’excellence de leur dernière sortie (et l’une de leurs meilleures), Masana Temples (2018), car il représente une maturation qui les cimentera en tant qu’artiste de premier plan du genre psychédélique pour les années à venir.

« Monaka » est un début fantastique puisque son nom est tiré d’un type de bonbons gaufrés japonais. Il s’inspire du style traditionnel minyofolk, mais le groove complexe de la basse qu’il tisse, les chants feutrés et le sitar tourbillonnant vous feront tendre l’oreille à chaque transition. « Dancing Blue » est un boogie jam léger avec des claquements de mains en arrière-plan qui vous font taper du pied tandis qu’un chant plus chantant vous guide. Une fois de plus, le sitar prend le devant de la scène vers la fin de la piste et mène la danse funky pendant un moment. Kikagaku Moyo maintient un contrôle total tout au long de l’album en abordant d’autres genres dans leurs chansons, comme le noise rock plus rageur dans la première partie de « Cardboard Pile » avant de se calmer dans une conclusion psychédélique.

Le court « Field Of Tiger Lilies » (qui dure 1:19) ressemble plus à un interlude, à l’exception de la guitare qui saute et qui est une solide préparation pour le point culminant de l’album, « Yayoi, Iyayoi ». Avec près de 7 minutes, c’est le morceau le plus long de l’album, mais il contient le riff puissant le plus mémorable de Kumoyo Island, soutenu par une batterie tonitruante.

Il est triste de voir Kikagaku Moyo prendre fin mais il sera important de suivre ses membres dans d’autres projets car leur talent est ici pleinement exposé. Kumoyo Island est une œuvre d’art intemporelle qui montre leur capacité à changer de style et de tempo de manière transparente. Cet album est un véritable aboutissement de tout leur travail et il est approprié que la dernière chanson que nous entendons de Kikagaku Moyo soit « Maison Silk Road ». C’est un morceau d’ambiance de plus de 6 minutes qui donne l’impression que l’on fait presque ses adieux. Il s’inscrit dans la lignée de leurs premiers travaux, depuis leur premier album éponyme en 2013, et ressemble à une autre fin pour le groupe en 2022. Merci pour ce voyage psychédélique, Kikagaku Moyo – vous avez tout laissé sur la scène musicale avec un catalogue que les fans écouteront dans des années !

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :