The Lounge Society: « Tired of Liberty »

Après la sortie de leur single « Generation Game » sur la célèbre compilation Speedy Wunderground en 2020, The Lounge Society, qui était encore adolescent au moment de sa sortie, a fait couler beaucoup d’encre. Leur mélange d’énergie et d’adrénaline juvéniles et leurs influences uniques, telles que le Velvet Underground et Talking Heads, ont fait d’eux des artistes à suivre.

Avec la production de Dan Carey, un expert dans la production de premiers albums d’avant-garde mémorables avec des sorties antérieures comme Schlagenheim de black midi en 2019, Bright Green Field de Squid en 2021 et plus récemment l’album éponyme de Wet Leg qui s’est classé numéro 1 au Royaume-Uni après sa sortie, il semblait presque inévitable que Tired of Liberty allait être tout aussi amusant et excitant.

En fait, il l’est bien plus que cela. Il offre, en effet,t un paysage cacophonique engageant et changeant, mais ravissant, rempli de thèmes liés à l’anxiété du monde moderne, aux problèmes politiques, aux sentiments d’aliénation, à la corruption et à la cupidité. C’est un cadeau qui continue à donner, sans aucun signe de relâchement de l’emprise dévorante qu’il exerce depuis le début, en particulier grâce à leur son envoûtant.

L’album démarre avec des sons de guitare absorbants qui se répandent sur la stéréo, avec des changements de tempo déroutants autour de chaque section, en accord avec les thèmes d’anxiété et de malaise racontés. Une profondeur sauvage de textures et de sons est immédiatement évidente, chaque instrument sonnant de manière aussi complète et passionnante que sur les précédentes participations de Carey. « Blood Money » affiche un son post-punk innovant, avec une profondeur spatiale céleste dans son refrain, la structure de réverbération apaisante étant soutenue par des chœurs soignés.

Dans de nombreux cas, chaque côté de la stéréo pourrait être perçu comme deux chansons entièrement différentes, car les pistes de guitare prennent des chemins très différents tout en gardant une emprise tangible sur la section rythmique flamboyante qui brûle la partie inférieure du mix. Les sons synthétiques qui rappellent les sorties d’il y a plus de 30 ans apparaissent en pleine lumière sur « Beneath The Screen », un morceau avec une profondeur instrumentale substantielle qui prend une quantité colossale de vapeur avant de se transformer en une explosion ardente vers la fin.

À mi-chemin de l’album, il est déjà clair que le groupe du Yorkshire de l’Ouest a fait une déclaration très vaste, qui rassemble vraiment ses influences dans un son unique et précieux. Une exposition intense d’énergie incalculable et extatique qui mérite d’être mise au même rang que d’autres grands du genre, comme Gang of Four et The Fall.

Tout au long de ce voyage, les sections rythmiques font preuve d’un niveau de compétence rarement atteint auparavant, à un point tel qu’elles sonnent presque comme des robots, ce qui témoigne à la fois des superbes normes de production et du talent époustouflant de toutes les personnes impliquées. Les talents de batteur sont les plus évidents dans le morceau « Boredom Is A Drug », un morceau au rythme rapide rempli de passages particuliers qui permettent au reste des membres du groupe de briller par des modèles uniques de flux et de zeste.

Alors que la véhémence du groupe se ralentit vers la fin de l’album, le rythme ne ralentit jamais, car le groupe présente une grande variété de styles, allant de spectacles équivalents à des avalanches déchaînées à des vitesses insignifiantes à une scène évocatrice d’une lente promenade au soleil, vous faisant sortir du rêve fiévreux que vous avez vécu jusqu’à ce point. Des paroles remarquables telles que « There’s a generation staring down the barrel of a gun/ You will never find them on the cover of The Sun » (Il y a une génération qui regarde le canon d’un fusil/ Vous ne les trouverez jamais sur la couverture du Sun) évoquent les difficultés rencontrées au Royaume-Uni à l’approche d’une nouvelle élection, et la résistance des jeunes aux personnes qui dirigent le pays.

Quelque chose de vraiment spécial a été créé ici, quelque chose qui voit The Lounge Society enflammer la scène post-punk avec un barrage de feu éthéré sur un premier album qu’on ne peut que mettre en exergue, Tired of Liberty.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :