Muse: « Will of the People »

Ce neuvième album de Muse s’éloigne de leur précédente aventure, Simulation Theory, où le trio rock s’est aventuré dans le métavers. Aujourd’hui, Muse se confronte à la tumultueuse réalité mondiale sur Will of the People.

Bien que Matt Bellamy, le leader de Muse, soit basé à Los Angeles depuis 2010, Will of the People est toujours un produit britannique dont certaines parties ont été enregistrées au studio Abbey Road. De plus, les premières dates de retour sur scène de Muse ont eu lieu à l’Hammersmith Apollo en mai 2022 en soutien à The Big Issue, Médecins Sans Frontières et War Child. Bellamy ayant récemment déclaré : « Trouver un moyen d’éviter cette guerre mondiale devient plus difficile à imaginer qu’elle ne l’est en réalité », les auditeurs doivent s’attendre à dix chansons dramatiques, remplies d’extase et de trépidation.

Le titre d’ouverture est un hybride bizarre de « Spirit in the Sky » de Norman Greenbaum et de « The Beautiful People » de Marilyn Manson. Si les deux chansons ont individuellement du mérite, elles ne fusionnent pas bien lorsqu’on essaie de créer une parodie populiste, presque l’antithèse de Uprising en 2009. On ne sait plus si l’on se trouve dans un rassemblement spirituel harmonieux ou si l’on est appelé à créer le désordre.

Le message reflété dans l’ambiance musicale de « Won’t Stand Down » est beaucoup plus clair une fois que les guitares rock et la basse lourde entrent en jeu. Un grognement vocal supplémentaire aurait permis à la musique de se synchroniser plus adéquatement avec les paroles. Au lieu de cela, « Won’t Stand Down » est entravé par une batterie et des touches de synthé-pop tout au long des couplets.

Là où « Won’t Stand Down » n’atteint pas son plein potentiel, « Kill Or Be Killed » s’exécute dès le début. Cette chanson de cinq minutes ne faiblit pas. Tout en rappelant les jours glorieux des tubes classiques de Muse, notamment « Stockholm Syndrome » et « Hyper Music », avec la même passion précoce, juvénile et affamée, « Kill Or Be Killed » incarne aussi parfaitement le thème primordial de Will of the People, à savoir la lutte de l’homme contre l’oppression.

Le thème primordial de cet album peut également être ressenti sur des chansons plus douces, comme la chanson « Liberation » au piano. Malheureusement, la pureté du son est étouffée par des sections de batterie en écho pop et des portions généreuses de distorsions vocales copiées-collées de « Bohemian Rhapsody ». Le deuxième morceau, « Compliance », avec sa danse adolescente des années 80 et ses synthétiseurs pop, enlève également la piqûre du thème principal de cet album.

Trois chansons de Will of the People s’éloignent du thème principal de l’album. « Ghosts (How Can I Move On) » s’en sort le mieux en abordant la mort, le deuil et la recherche de la fermeture à travers la clarté du piano. « Verona » montre du potentiel. Par endroits, elle ressemble à une réinterprétation au synthé de « Screenager » de Muse, mais à d’autres, elle ressemble à une chanson phare de la bande originale d’une comédie romantique. « You Make Me Feel like It’s Halloween » est le plus banal, où il n’y a pas grand-chose qui le sépare de « Somebody’s Watching Me » de Rockwell.

Ailleurs, le feu tenace et la passion créés par « Kill Or Be Killed » se poursuivent avec l’avant-dernière piste, « Euphoria », qui fusionne bien les influences des premiers Foals avec des éléments EDM. L’essence est ajoutée au feu sur le dernier morceau de l’album, « We Are Fucking Fucked ». Elle ne ressemble pas à une chanson de conclusion ; cependant, ce cocktail ardent et séditieux avec un soupçon subtil de distorsion vocale de Flash Gordon de Queen sera très apprécié en concert par les fans de Muse.

Dans l’ensemble, Will of the People est un album sérieux. Muse produit son meilleur matériel lorsqu’ils sont collectivement intenses et se concentrent sur des concepts puissants. Néanmoins, les résultats varient lorsqu’ils laissent tomber un peu leur idiosyncrasie neo-prog.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :