Silversun Pickups: « Physical Thrills »

Depuis la sortie de carnivals de Silversun Pickups en 2006, le single phare « Lazy Eye » a plané sur eux comme un trophée poussiéreux. Il a permis au groupe d’accéder à la célébrité du rock indépendant grâce à d’énormes premières parties, des placements dans des jeux vidéo très convoités et une diffusion constante à la radio. Il s’agit sans aucun doute d’une excellente chanson – un bijou d’alt-rock tentaculaire dont les riffs tendus et les paroles hargneuses étaient pratiquement faits pour les trajets en voiture avec des amis – mais elle a enveloppé le groupe de comparaisons avec les Smashing Pumpkins, plaçant la barre très haut pour le reste de l’album et de leur carrière. La poursuite d’un son similaire n’a jamais donné les mêmes résultats ; un pivot vers des plaisirs mid-tempo était au mieux ennuyeux. Aujourd’hui, plus de 15 ans plus tard, Silversun Pickups a peut-être trouvé sa prochaine meilleure évolution : un peu de tout et pas une merde à donner.

Lorsque la pandémie a frappé, Silversun Pickups a arrêté les tournées et le guitariste Brian Aubert a repris ses fonctions de père à plein temps. Les semaines se transformant en mois, il a commencé à dessiner des chansons et à enregistrer des démos, dégageant les mélodies qui s’étaient accumulées dans sa tête. Il considérait ces exercices créatifs ou peut-être les débuts d’une comédie musicale – quelque chose qui était loin du son de Silversun Pickups. Mais après avoir suivi une poignée avec le producteur Butch Vig, Aubert les a montrées à la bassiste Nikki Monninger, au batteur Christopher Guanlao et au claviériste Joe Lester. Nés dans un environnement sans pression ni attente, les morceaux ont été réimaginés entre les mains de Silversun Pickups en tant que groupe, apportant des accroches pop, des effets sonores inspirés de l’horreur et des « chansons de rêve », comme ils se décrivent eux-mêmes, à travers leur style d’alto sombre. – peur du rock.

Physical Thrills présente Silversun Pickups comme un groupe ayant une nouvelle approche. A son apogée, l’album canalise l’enthousiasme non filtré et l’excès d’énergie du jeune adulte dans un indie rock uptempo qui scintille avec des embellissements inattendus. Sur le morceau phare « System Error », Monninger déchire une ligne de basse solide qui est indéniablement rendue douce grâce à son jeu sans effort. Couplée à l’épisode sinistre d’Aubert et à un slide de guitare tordu et troublant dans le pont, la chanson conserve la menace imprévisible d’un chien qui montre les dents. Les réverbérations copieuses et les percussions lentes et romantiques de « We Won’t Come Out » vous attirent dans un rêve avant d’entrer dans un effondrement fiévreux, comme la version de Silversun Pickups de « We Suck Young Blood » de Radiohead. Ces chansons prennent un certain temps pour arriver – la tracklist de l’album semble gonflée et la plupart des chansons sont une ou deux minutes plus longues que nécessaire – mais elles servent de panneaux indicateurs Les chemins d’aventure des sensations physiques pour se retrouver au milieu.

Silversun Pickups a toujours excellé dans les petites explosions : Le hurlement d’Aubert annonçant le boom des guitares dans « Lazy Eye », les duels de solos de guitare qui se transforment en un seul dans « Panic Switch », ou ce riff scintillant qui assourdit l’outro de « Three Seed ». . Alors que les disques récents ont enlevé la couleur des feux d’artifice potentiels du groupe, Physical sensations les fait briller à nouveau, ne serait-ce que pour un bref instant. Prenez les harmonies vocales exubérantes qui sont mises en évidence sur le morceau d’ouverture « Stillness (Way Beyond) » ; le ton 8-bit qui recouvre les glissades de guitare dans « Empty Nest » ; ou le break de batterie tropical dans « Hidden Moon » qui allège une matière autrement lourde. Bien que l’album ait quelques ratés flagrants, comme la suite non officielle endormie de « Dream at Tempo 050 », « Dream at Tempo 310 » et « Dream at Tempo 150 », les éclats de passion disséminés dans l’album rendent ces déceptions plus supportables.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :