Julia Jacklin: « Pre Pleasure »

, la talentueuse artiste de Melbourne et des Blue Mountains, apporte son lyrisme direct et sa nature enjouée à son troisième album. Dans un communiqué de presse, elle décrit le processus d’enregistrement de Pre Pleasure comme étant frénétique – mais le résultat final est tout autre. Flottant entre la tendresse et le relâchement indie, les capacités de Julia Jacklin en tant qu’auteur-compositeur-interprète sont ici mises en avant. Ses motifs lyriques suivent rarement les chemins attendus, ses arrangements minimaux vous amènent au cœur de chaque respiration et, dans l’ensemble, sa musique respire la maturité, ce qui constitue une progression poignante par rapport à son travail précédent.

Les thèmes de la religion, du consentement sexuel et des relations sont explorés dans les textes de Jacklin, tandis que sur le plan sonore, l’abandon délibéré de ses sons de guitare habituels permet aux touches d’occuper le devant de la scène sur de nombreux titres, dont « Love, Try Not to Let Go « .

Mais la star du show sera « Ignore Tenderness », où des paroles profondément vulnérables contrastent avec des cordes et des harmonies vocales béates pour une chanson qui résume l’esthétique musicale de Jacklin (et le thème du plaisir de l’album) en un mot : « Ne laisse aucune place au doute sur le fait que tu es courageux / Une petite feuille qui attrape une vague / Fort mais prêt à être sauvé / Ignore la tendresse dont tu as besoin / Sois méchant, mais ne te comporte pas mal » (Leave no room for doubt that you are brave / A little leaf catching a wave / Strong but willing to be saved / Ignore the tenderness you crave / Be naughty, but don’t misbehave).

Le premier single, « I Was Neon », est le plus grave des morceaux de l’album. Des guitares distordues ouvrent la voie à ce qui est le moment le plus optimiste de l’album et des nuances de Brian Jonestown Massacre apparaissent à travers son riff de guitare et ses solos super cool. Le brillant « Too In Love To Die » ramène une fois de plus l’intimité de Jacklin et se poursuit dans « Less of a Stranger », où elle se confie en souhaitant que sa propre mère se sente moins étrangère.  

On pourra entendre des échos du morceau  « Heroin » du Velvet Underground sur « Magic », où des guitares éparpillées et des sous-entendus folks s’équilibrent sur une progression de deux accords qui évoque une teinte légèrement psychédélique à l’album. » Be Careful With Yourself » ramènera les choses au présent avec ses sonorités polies et son aura empathique, avant que les guitares trémolos de style années 60 et les cordes délicates de « End of a Friendship », qui termine l’album, ne viennent clore les choses en beauté.

Voici un disque qui est un plaisir à écouter par un dimanche après-midi ensoleillé, alors que l’été n’est plus qu’un souvenir. Authentique, complexe et entièrement personnelle, Julia Jacklin déborde d’assurance à chaque tournant de Pre Pleasure.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :