Demi Lovato: « Holy Fvck »

La plupart d’entre nous ont déjà été témoins de ce genre de situation : une pop star en a marre et s’attaque à sa propre musique en lui injectant de la lourdeur, oui bien sûr ! Les résultats sont généralement risibles, parfois agréables, et rarement vraiment bons. Ce qui différencie Holy Fvck de Demi Lovato de la plupart de ses frères et sœurs spirituels insipides, c’est non seulement qu’il réussit vraiment ce qu’il veut faire, mais aussi que les racines de Demi sont depuis longtemps liées au rock/métal plutôt qu’au paysage infernal de la pop alternative contemporaine pour adultes dans lequel elle a gaspillé la majeure partie de sa carrière après avoir été diplômée du système agricole effrayant de Disney. Lovato a toujours cité des groupes tels que Dimmu Borgir, Job for a Cowboy, Emperor et Abigail Williams comme influences – et si cela ne signifie pas qu’ils savent soudainement comment écrire un album de rock et encore moins de black metal, cela indique que la passion et l’intention sont là depuis longtemps. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’un gadget ponctuel, mais bien de leurs préférences musicales, et il se trouve que nous en faisons l’expérience pour la première fois. D’une certaine manière, cela fait immédiatement de Holy Fvck une œuvre plus honnête que certains morceaux comparables des contemporains de Lovato.

Holy Fvck est surtout un album de rock amusant et optimiste. Il n’est pas aussi « lourd » que le prétendent de nombreuses critiques, mais il possède la capacité d’être accrocheur, hymne et immensément agréable. La plupart des chansons de cet album remplissent ces conditions, ce qui en fait un lot cohérent de bangers pop-rock punky et grinçants. La chanson titre incarne véritablement les aspirations rock de Lovato, avec des riffs électriques flamboyants enroulés autour d’une mélodie bien ficelée, tandis que  » Eat Me  » est plutôt un hybride métallique/industriel dans la veine de  » I Disagree  » de Poppy. Substance  » est un morceau pop-punk qui rappelle les premiers disques de Paramore,  » Bones  » est un morceau espiègle et ouvertement sexuel : » So many feelings when you said my name / ‘Cause I want you so bad that I need restraints  » (Tant de sentiments quand tu as dit mon nom / Parce que je te veux tellement que j’ai besoin d’être attaché.), et le dernier joyau  » Help Me  » est un rocker agité, imprévisible et extatique sur lequel figure également Emily Armstrong de Dead Sara.

L’aura omniprésente de cet album oscille entre une promiscuité pleine de blasphèmes et une réalisation personnelle exaltante, sans que l’un ou l’autre ne semble en contradiction avec l’autre. Entre la montée de l’énergie et la vague sans fin d’énormes crochets, Holy Fvck est un album dont on peut tirer un plaisir immédiat.

Ce qui est peut-être plus surprenant (et facilement plus important) que le tempo endiablé de la musique, c’est la profondeur qui se dégage de l’ensemble de l’expérience. Le combat permanent de Lovato contre la dépendance et la maladie mentale a été bien documenté, et tout au long de leur carrière, ils ont abordé ces luttes (‘Skyscraper’, ‘Anyone’) – mais alors que ces chansons les peignaient sous un jour brillant, approuvé par la radio (voir : enrobé de sucre), Holy Fvck se plonge volontiers dans le laid. On pense immédiatement à « 29 », une chanson qui dénonce le penchant de Wilmer Valdarrama à sortir avec des femmes beaucoup plus jeunes – dont Lovato, alors que Valdarrama avait vingt-neuf ans et Demi dix-sept ans :  » Finally twenty-nine / Seventeen would never cross my mind / Thought it was a teenage dream, a fantasy / But it was yours, it wasn’t mine » (Enfin vingt-neuf ans / Dix-sept ans ne m’aurait jamais traversé l’esprit / Je pensais que c’était un rêve d’adolescent, un fantasme / Mais c’était le tien, ce n’était pas le mien), chantent-ils après des couplets montrant à quel point les hommes plus âgés peuvent facilement manipuler les jeunes femmes : « “Petal on the vine, too young to drink wine / Just five years a bleeder, student and a teacher / Far from innocent, what the fuck’s consent? / Numbers told you not to, but that didn’t stop you »( Pétale sur la vigne, trop jeune pour boire du vin / Juste cinq ans de saignement, étudiant et professeur / Loin d’être innocent, c’est quoi le putain de consentement ? / Les numéros t’ont dit de ne pas le faire, mais ça ne t’a pas arrêté).Si des titres comme  » 29  » font imédiatement monter les enchères sur le plan lyrique, même la pochette de l’album – qui semble au départ un peu épaisse avec Demi posant en bondage au sommet d’une croix – symbolise parfaitement ce qu’ils ont vécu en tant que jeune star de l’industrie musicale. Lovato faisait partie de l’ère des anneaux de pureté de Disney, et ils pointent du doigt cette culture comme l’une des raisons de leur hésitation à parler de l’agression sexuelle qu’ils ont subie à l’adolescence. Une grande partie de Holy Fvck peut sembler manquer de subtilité, mais cet album est l’équivalent d’un majeur – une explosion viscérale et réactionnelle à une colère refoulée. Honnêtement, il aurait dû l’être depuis longtemps.

Il est compréhensible d’aborder Holy Fvck avec un certain scepticisme. Tout ce que l’on peut voir à sa surface donne l’impression qu’il s’agit d’un coup de pub glorifié, le genre de pivot que les artistes font lorsqu’ils tentent de relancer leur propre popularité – un peu comme une publication en ligne mourante qui aurait recours à des titres chocs de type clickbait pour attirer le trafic Internet. Si cet album ne cache rien, il n’est pas non plus un artifice. C’est Demi Lovato qui abandonne sa formule pop endoctrinée en faveur de la musique qu’elle veut vraiment faire, tout en s’attaquant à la jugulaire en termes d’échelle. Holy Fvck est un album massif et exagéré à presque tous les égards, mais ancré dans une douleur très réelle qui donne de la substance à chaque moment grandiose. En lever de rideau de l’album, Demi sort de son personnage tout en révélant une rare vulnérabilité : « Quand nous sommes seuls, le temps s’envole… nous nous regardons » (When we’re alone, time floats away…we stare at each other), chantent-ils, avant de plonger dans un moment encore plus intime : « J’ai hâte de serrer ta mère dans mes bras et de la remercier… J’ai hâte de te montrer, tu verras / Je promets que son cœur est en sécurité avec moi » (I can’t wait to hug and thank your mother…I can’t wait to show you, you’ll see / I promise his heart’s safe with me ). Au milieu de l’atmosphère contrastée de Holy Fvck, le sérieux et la confiance du public sont magnifiés, surtout lorsqu’ils se lancent dans la confession centrale du morceau, « So here I go speaking honestly / I think this is forever for me ». Pour Lovato, dont la vie au cours de la dernière décennie a été définie par diverses luttes internes, il semble que Demi cherche à atteindre un lieu de stabilité et de permanence. Même s’ils ne sont pas sûrs de la façon dont ils y parviendront, cette chanson décrit ce qu’ils imaginent de ce moment. Le temps nous dira si Demi garde cette nouvelle direction musicale plus lourde, mais si elle est capable d’inspirer de telles intuitions tout en créant une vision d’espoir, alors jnous conseillerions à Lovato de garder le cap.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :