Panic! At The Disco: « Viva Las Vengeance »

Remontez le temps jusqu’à l’époque où l’eye-liner, les franges sombres et les jeans moulants régnaient en maîtres. Il y a de fortes chances que vous, un ami ou un membre de votre famille ayez été emporté par la folie commerciale de l’emo, menée par des groupes comme Fall Out Boy, My Chemical Romance et Panic ! at the Disco, qui ont émergé en brandissant l’angoisse, des mélodies optimistes et une sensibilité pop.

Mais si le phénomène emo s’est vite essoufflé, beaucoup des plus grands artistes de l’époque ont continué. Le chanteur de Panic ! at the Disco, Brendon Urie, dirige aujourd’hui Panic ! en tant que projet solo, et 17 ans après le premier album du projet, A Fever You Can’t Sweat Out, Urie emmène Panic ! vers de nouveaux sommets irrésistibles sur l’album qeptième du nom : Viva Las Vengeance.

Déjà une icône pop établie avec une gamme vocale ténor de quatre octaves, Urie a solidifié son statut d’artiste solo formidable avec les deux précédents albums de Panic ! at the Disco, Death of a Bachelor en 2016 et Pray for the Wicked en 2018. Sur Viva Las Vengeance, il fusionne des éléments de rock classique et de production vintage avec juste ce qu’il faut de brillance contemporaine.

Viva Las Vengeance est une lettre d’amour minutieusement élaborée à de nombreux grands noms du rock, passés et présents. Urie chante KISS, les Beatles, Thin Lizzy et Queen, en les liant tous ensemble avec une touche d’opéra rock. Des morceaux comme « Something About Maggie » et « God Killed Rock And Roll » se rapprochent de Queen grâce à la théâtralité et au falsetto d’Urie, ainsi qu’à un travail de guitare étincelant et des harmonies bien dosées.

Ailleurs, les auditeurs sont accueillis par un pastiche de nouveau et d’ancien qui se délecte de moments d’euphorie théâtrale et d’introspection. On y trouve des hymnes luxuriants, des appels aux armes rapides, des chansons pop déchirantes et des flirts avec le punk, le glam, la new wave, le funk et le rock’n’roll à part entière.

Il n’est pas surprenant qu’Urie émerge en 2022 avec une déclaration extravagante sur la longueur de l’album, mais la quantité d’introspection qui dynamise Viva Las Vengeance est une surprise. Urie cible son propre passé et son présent, déclarant tout au long de l’album : « Keep your disco / Give me T. Rex  » ( » Middle of a Breakup « ) ;  » We made it against all odds  » ( » Say It Louder « ) ;  » Take me to the limit / Nothing lasts forever, so I’ll give it a try  » ( » Do It to Death « ).

Sur la quatrième piste, « Local God », Urie raconte les débuts, parfois peu glorieux, de Panic ! at the Disco. « Nous avons signé un contrat de disque à dix-sept ans », chante-t-il. « Détesté par tous les groupes locaux / Ils disent qu’on n’a jamais payé notre dû / Mais qu’est-ce que ça veut dire quand l’argent ne change jamais de mains ? » (We signed a record deal at seventeen / Hated by every local band / They say we never paid our dues / But what does that mean when money never changes hands?).

Viva Las Vengeance a été enregistré en direct sur bande et reste non conventionnel, imprévisible et pourtant tout à fait abordable tout au long de l’album ; un fait qui ravira ou déplaira aux fans, selon qu’ils sont venus ici pour retrouver le Panic ! d’antan.

Mais oubliez le Panic ! at the Disco de l’ère MySpace que vous avez connu et laissez cette collection de chansons pop-rock éclectiques, élaborées avec amour, vous emmitoufler comme un patchwork de rock classique.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :