Kasabian: « The Alchemist’s Euphoria »

La question que tout le monde se pose est : « Kasabian sonnera-t-il toujours comme Kasabian ? ». Eh bien, oui et non. Serge Pizzorno a endossé le rôle principal dans l’aventure psychédélique dans laquelle Kasabian nous a embarqués, se préparant au fronting en « étudiant des vidéos d’Iggy Pop en train de fouetter une foule », comme le rapporte le NME. Il passe une grande partie de The Alchemist’s Euphoria à barboter dans une piscine électrique et à sauter d’un genre à l’autre, comme l’ont fait de nombreux albums de Kasabian par le passé, mais cette fois-ci d’une manière typiquement Pizzorno. En travaillant habilement sur les bases du rap, les piliers des principes pop et les éléments essentiels de l’électronique, cet album s’attaque à une tâche titanesque. Mais de la même manière que Genesis a remplacé Peter Gabriel par Phil Collins, le train de Kasabian ne sera pas, non, ne peut pas être arrêté. Pizzorno prend un moment pour que chaque idée fasse le tour du verre avant de prendre une longue gorgée d’embellissement artistique pour ensuite l’avaler avec une profonde maîtrise rythmique.

L’album, qui n’est pas lié par le périmètre du genre, oscille quelque part entre des ballades tristes au synthétiseur et des morceaux incisifs presque rap, mais pas tout à fait durs – on peut imaginer que lorsque de tels numéros sont joués en concert, la foule n’a pas besoin d’être convaincue avant de headbanguer effrontément en regardant le sol s’ouvrir pour former un mosh-pit. La fluctuation de l’énergie tout au long de cet album tient-elle comme une colle ? On ne le sait pas, peut-être Pritt-stick, mais ce n’est pas comme si ça ne marchait pas. Chaque chanson s’imbrique parfaitement dans la suivante, et les voix mélancoliques – avec ce qui me semble être une légère distorsion – font que l’ensemble tient très bien la route, mais il faut penser qu’il est juste de dire que certains bords s’accrochent à la vie. Toutefois vous pouvez vraiment sentir que c’est toujours Kasabian – tous les groupes expérimentent et le nouveau frontman est exactement ce dont ils avaient besoin pour garder leur musique pertinente – ainsi les anciens fans ne seront pas laissés avec l’impression que c’est un groupe entièrement nouveau.  L’album s’ouvre sur « ALCHEMIST », qui commence par des vagues déferlantes, plus à l’aise sur l’application « Calm » que sur un album de Kasabian. Sur le plan lyrique, la chanson demande que l’on « ferme la porte sur le chemin si tu pars », ce qui pourrait être la façon dont Pizzorno nous implore de nous débarrasser de l’idée préconçue de ce qu’était Kasabian et d’ouvrir nos esprits à ce qu’il est… ce qu’il sera. 

Cette ambiance futuriste, artistique et expérimentale contribue à la fraîcheur de cet album. Pourtant, penser que ce n’est pas du tout Kasabian-esque est complètement faux et injuste. SCRIPTVRE  » donne un coup de pied dans la tombe  » et, de manière presque proverbiale, Serge Pizzorno  » doit tendre le micro pour sortir de l’ombre « . Qu’est-ce que cela peut signifier ? Une reconnaissance du rôle que’il s’est vu confier ? On pourrait dire que c’est le cas. Après ce morceau sombre et dynamique, qui va de plus en plus fort, « ROCKET FUEL » déboule comme un beat-breaker psychonautique insolent et bien nommé. Il nous tient en haleine et dans l’espace – un sentiment familier lorsqu’on écoute Kasabian – avec des 808 et des hi-hats en triolet si caractéristiques du hip-hop, et, tout hymne à la fête qu’il est, Pizzorno « cherche juste à se défoncer », tout en promettant « de t’apprendre à voler ». Un clin d’œil aux grands changements que ces dernières années ont apporté à Kasabian dans un titre pas si subtil que ça, « STRICTLY OLD SKOOL », les paroles nous ramènent à l’idée que le passé et le futur ne font qu’un. Pizzorno reconnaît gentiment la direction artistique antérieure dans le titre et poursuit avec « freshly out the gate ».

Le premier single de cette nouvelle ère, « ALYGATYR », qui poursuit le penchant de Pizzorno pour les orthographes modifiées, ne s’éloigne pas du son que nous aimons et attendons de ce power-quartet et reste thématiquement « dans l’espace » avec des refrains percutants accentués par des voix qui semblent avoir été envoyées dans un tuyau recouvert de papier de verre. Le concept de l’espace est implacablement mis en avant par le morceau « Space » qui suit de 48 secondes « The Alchemist’s Euphoria ». Un pad de synthétiseur suit une séquence de quatre accords harmoniquement agréable, répétée pour apporter un moment de paix et de clarté à ce morceau de rock autrement granuleux. Les chansons prennent ensuite un peu de temps pour se reconstruire, se languissant un moment dans le sentiment d’un protagoniste tragique amoureux perdu dans « THE WALL SPIKE ». Vous savez, la pluie qui tombe sur la fenêtre, le regard perdu dans l’abîme ? Tous ces trucs. Reprenant son cœur, l’émotive « TUVE SPIKE », inspirée par le prog, prend son propre rythme pour se transformer en une chanson qui semble avoir trois chansons dans sa durée de 5:45. Serge orne naturellement l’ensemble de la chanson de couches vocales harmoniques et dissonantes, pour finir par un moment de guitare plutôt charmant qui embrasse l’énergie de ballade, de Pink Floyd, un peu effrayante, qui est capturée dans le huitième morceau de ce nouvel album.

Puis nous revoilà sur un « STARGAZR » qui, avec son rythme futuriste et ses modulateurs, nous fait quitter la Terre pour les recoins sombres de l’univers où les voyelles n’ont pas d’importance et où les consonnes règnent en maître. Des claviers aux allures d’extraterrestres nous entraînent dans une lente descente de folie minimaliste, avant de nous réveiller avec la seconde partie décrite par le NME comme un « instrumental de style hip-hop des années 90 », comme si la musique exprimait métaphoriquement cette notion de « passé et présent » qui semble être le thème de l’album. Un autre single, « CHEMICALS », a une belle petite montée en puissance et flotte dans des harmonies euphoniques anti-gravitationnelles qui sautent pour tenir la main des paroles désespérées mais aussi pleines d’espoir, « hold on, chemicals ain’t got you baby ». Le nouveau frontman a déclaré à propos de cette chanson que « c’est moi qui me suis vu pendant ces quelques semaines où tout a commencé [avec Meighan]. C’est le futur moi qui dit à cette personne : ‘C’est la merde, mais ne t’inquiète pas, ça va s’arranger’. Ce beau sentiment nous ramène à la capacité de Serge à regarder à la fois le passé et le présent, ici avec un œil sur l’avenir, ce qu’il semble être capable de faire presque comme un devin. Je dis cela parce que son projet solo « S.L.P. » (Sergio Lorenzo Pizzorno) (Sergio Lorenzo Pizzorno), sorti en 2019, avait pour paroles d’ouverture « I’ve been in lockdown, doing what I’m told ». Dis-nous tes secrets, Serge !

Pour clore cet album merveilleusement éclectique, « æ sea » reprend l’échantillon de vagues déferlantes qui ouvre l’album dans un deuxième interlude de 33 secondes, et répète un riff nasillard à l’atmosphère lugubre qui mène à « Letting Go », un morceau passionné accompagné de guitares. C’est un autre message d’espoir infusé avec une guitare acoustique si propre qu’elle brille et des paroles qui nous disent  » tu as le temps d’y arriver « , et  » même si ta tête n’est pas bien, tout ira bien si tu commences à te laisser aller « , doucement cette chanson se penche sur la capture d’un moment avec l’infinie prévoyance de Serge  » de meilleurs jours sont encore à venir « ,  » demain est un autre jour « ,  » laisse ton esprit dériver « , et amenant le concept dans le chapitre final de l’album,  » es-tu en train de flotter dans l’espace ? Cette chanson partage le côté plus doux de Sharman-Serge avec le monde, et le rythme irrésistible de la seconde moitié de ce morceau nous donne une construction excitante, la musique correspondant aux mots dans son espoir, résumé quand Pizzorno chante « it just got better now ». C’est vrai, Kasabian s’est amélioré, le groupe a surmonté ses dissipations ; The Alchemist’s Euphoria en est la preuve flagrante.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :