Tony Molina: « In The Fade »

La musique pop se nourrit d’économie. On peut toujours ajouter de plus en plus de couches, d’outros prolongées, d’intros indulgentes, d’interludes, de ponts et de ponts, mais la meilleure musique pop a rarement souscrit à l’idée du « plus c’est plus ». À l’instar d’un spectacle live spectaculaire, l’idée générale d’une grande chanson – à l’exception du rock – est toujours de donner envie d’en redemander, même une fois qu’elle est terminée. Entrer et sortir, en aussi peu de temps que possible, et faire en sorte que chaque moment compte.

C’est beaucoup plus difficile à faire qu’il n’y paraît, et de mon point de vue, ça ne semble même pas si facile que ça. Tony Molina, auteur-compositeur-interprète de la région de la baie de San Francisco, n’a jamais manifesté d’intérêt particulier pour l’ascension de ses chansons punk-power-pop dignes des Beatles et des Undertones au sommet des hit-parades, bien qu’il ait un don particulier pour écrire des chansons pop parfaitement concises qui parviennent à rassembler tous les éléments essentiels en 90 secondes ou moins – gros riffs power-pop, couplets déchirants, refrains envolés et même un solo ou deux. On a beaucoup parlé de la brièveté de ses compositions, à son propre désarroi, mais malgré cela, rare est la chanson de Tony Molina qui ressemble à une esquisse inachevée.

Quatre ans après son précédent LP, Kill the Lights, Tony Molina réaffirme son engagement envers le genre de power-pop punky qui a débuté avec son ancien groupe Ovens sur In the Fade, mais avec une oreille vers le maximalisme et des arrangements plus richement psychédéliques. Beaucoup des chansons enregistrées pour l’album ont des racines dans ce groupe, dans le concept si ce n’est toujours en termes de structure ou d’éléments des chansons elles-mêmes, et dès l’ouverture de « The Last Time », Molina sonne énergisé et chargé. Fuzzy, scuzzy, mené par des guitares harmonisées et vibrant d’une énergie juvénile, « The Last Time » offre la signature de Molina à son meilleur – l’esprit du rock ‘n’ roll servi sans fioriture ni remplissage.

Dans les 14 chansons et 18 minutes qui composent In the Fade, Molina présente un éventail de sons plus large que sur ses précédents albums studio, incorporant une gamme plus diversifiée d’instruments en plus des guitares fuzz et jangle qui sont devenues sa marque de fabrique. Le piano et l’orgue Hammond ajoutent de riches couches de son psychédélique plus soul à « Not Worth Knowing », tandis que des cordes acoustiques clairsemées s’associent à un léger bourdonnement de clavier dans le doux « Don’t Be Far ». L’ajout d’un mellotron dans « Song for Friends (Slight Return) » entraîne l’album dans un détour par les champs de fraises, et une couche glorieusement épaisse de fuzz rend les 59 secondes de « Fuck Off Now » parmi les plus satisfaisantes de l’album.

Sur le plan thématique, In the Fade fait le tour de la plupart des sujets familiers de la musique populaire : L’amour, la perte, le malaise et l’agitation, et les hymnes pop à la guitare de Molina, ensoleillés et parfois mélancoliques, semblent toujours adaptés pour illustrer le genre d’émotions que l’on ressent quand on est jeune et que l’on cherche encore sa place dans le monde. Ce qui est approprié, étant donné les efforts de Molina pour rejeter l’idée que sa musique devient, d’une certaine manière, plus « mature » ; comme il le dit dans un communiqué de presse, « Mec, c’est un peu nul, non je ne le suis pas… ». Pourtant, il est difficile de nier son évolution en tant qu’artiste. Depuis plus de dix ans, il offre constamment le meilleur de ce que la power pop a à offrir. Cela ressemble presque à une vocation pour lui, et il parvient à trouver de nouvelles voies d’exploration dans l’idée relativement simple d’une chanson pop. A la fois son album le plus ambitieux à ce jour et son ensemble de chansons le plus fort, In the Fade est un rappel de la profondeur potentielle de ce puits.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :