Eclectic Maybe Band: « Again Alors? »

Après un hiatus de trois ans, Guy Segers nous fait renouer avec son mystérieux véhicule mi-improvisé, mi-structuré, l’Eclectic Maybe Band. Une fois de plus, il dispose d’un puits profond de musiciens respectés auxquels il demande des sorties diverses et intuitives, qu’il assemble ensuite minutieusement en studio pour produire des pièces dramatiques d’un roulement aventureux, qui s’éloignent de tous les sentiers battus et font appel au jazz, au funk, au minimalisme et à l’ambiance dérivante, parfois dans un seul morceau.

Cela peut sembler trop chargé, mais la vérité est qu’il y a beaucoup d’espace pour respirer à travers les huit morceaux présentés ici et le fait que la composition des musiciens varie avec chaque chanson signifie que chaque sélection a sa propre sensation, souvent avec le seul élément de connexion de la basse élastique, distante mais chaude de Segers.

Again Alors ? s‘ouvre sur une intro qui ressemble à un panoramique d’une caméra montrant l’intérieur d’un sous-marin abandonné ; huit musiciens sont impliqués ici, mais le son est clairsemé et s’insinue lentement dans un brouillard électronique, menaçant, générant un sentiment d’appréhension. Au fur et à mesure que la pièce progresse, d’autres musiciens interviennent, apportant des touches néoclassiques qui introduisent une nouvelle pression à mesure que les choses évoluent lentement. C’est la beauté des pièces de longue haleine ici qui permettent l’évolution mais à un rythme régulier. On nous propose divers solos comme s’ils se présentaient d’eux-mêmes, un bref éblouissement, puis un retour dans l’ombre.

L’album évolue dans de nombreux décors ; la scène sylvestre de « Retable Vertigineux », avec sa brume chatoyante et sa flûte compagne qui se mêle à l’intrigue de la clarinette, est très différente de la brûlure lourde et lente de « Further On The Ladder », où la voix inimitable de Carla Diratz, qui canalise son Mark Lanegan intérieur, reflète une vie bien vécue. La guitare de Pascal Vaucel frémit sous la surface, et le grondement rocheux se dirige et se pavane autour de la voix. Le phrasé de Carla et l’utilisation du vibrato sont merveilleux, tandis que le violon de Cécile Broché en est l’antithèse, avec ses cris aigus et ses élongations.

D’un point de vue énergétique, les improvisations collectives ont tendance à être plus progressives, se construisant à partir d’un point pour former un grand ensemble, comme la dérive de la marée infusée de gouttes de piano de « Tingling Skin » ; tandis que les morceaux composés par Segers ont tendance à partir d’un point avec plus de groove, comme l’exercice funky tacheté de flûte « A Beast Trophy » qui, bien qu’il groove, a une sensation mesurée. Pour être honnête, la façon dont Segers monte les improvisations pour en faire une sorte d’ensemble sculpté est extraordinaire et je n’arrive pas à comprendre comment les musiciens savent ce qu’ils jouent, mais cela semble toujours fonctionner et il est intéressant de noter que les différents musiciens apportent une sensation différente à leurs morceaux. Tout au long de l’album, Dirk Wachtelaer joue de la batterie, percussive et doucement chargée, tandis que Fabrice Owerzarzak a tendance à apporter un groove plus simple et plus fluide qui s’entrelace magnifiquement avec la clarinette basse mystérieuse de Dirk sur « Voici, Voila », tout en laissant beaucoup de place à la tension du violon de Cécile.

L’album se termine par un morceau qui se démarque une fois de plus avec la machine fantôme de Kazayuki Kishino qui tourne lentement sur une ligne de basse majestueuse chargée d’échos. Les voix austères de Cathryn Robson sont des indices déconcertants qui ondulent et s’étirent, grondent et grattent tandis que les pièces se déplacent comme un vaisseau en détresse, la basse cherchant désespérément à s’éloigner du bord d’un trou noir. La sélection des titres et l’enchaînement des morceaux fonctionnent bien, mais c’est l’attention que Segers porte aux détails qui étonne le plus. Sa vision de l’Eclectic Maybe Band est singulière, mais elle fonctionne ; et grâce à l’ingéniosité et à la générosité des musiciens, c’est une nouvelle réussite.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :