Different Fountains: « Transparent Flag »

Different Fountains a débuté comme un projet de duo à Bruxelles, il y a une dizaine d’années, avec le Vénézuélien Bernardo Risquez et l’Autrichien Michael Langeder. Jusqu’à présent, le tandem a sorti deux albums, dont Transparent Flag en 2019, et quelques singles et EP, parmi lesquels on peut prêter une oreille à la série Organism.

Ils ont également concocté le terme « soulcore junkpop » pour leur musique, une description plus personnelle pour ce que les sites web comme Discogs utilisent des termes plus abstraits et englobants, comme IDM et Leftfield.

« Soulcore junkpop » est un terme approprié pour Transparent Flag : quand on l’écoute, on se rend compte qu’il comporte des glitches et des snippets qui ont été et sont surutilisés. Pourtant, sur cet album, ils sont déployés pour offrir des mélodies pop et des paysages sonores ambiants qui ont une âme sous leurs rythmes et leurs couches.

« Jobs Job » démarre l’album avec un clavier ambiant, sur lequel les éclats d’un violon bourdonnent par intermittence. Il s’agit plutôt d’une introduction à l’album, qui mène au morceau suivant, Vein Satori, plus dynamique et qui tient l’auditeur en haleine, alors que divers sons électroniques s’accumulent de plus en plus. Le rythme initial se transforme bientôt en une polyrythmie, qui rappelle la musique Gamelan. Mais il devient vite évident qu’il ne s’agit pas de musique traditionnelle indonésienne. Elle est à la fois ambiante et dansante.

« Gammon », le troisième morceau, est construit sur des rythmes électroniques, enrichis de bribes de percussions électroniques et d’effets sonores. La deuxième moitié de la chanson voit un changement de tempo, un rythme mélodique remplaçant le rythme initial de la chanson. Encore une fois, comme pour Vein Satori, c’est à la fois abstrait et dansant. Seulement différent.

« Lay Brewery » est un court interlude, qui fonctionne davantage comme un exercice de percussion (électronique et tribal). Il m’a rappelé la chanson de Bill Bruford « Five Percent for Nothing », tirée de l’album de Yes, Fragile : complexe, mais trop court. « Written Smitten » est composé de bavardages, de rythmes et d’une mélodie électronique répétitive qui change vers la fin de la chanson, à mesure que les effets ajoutés deviennent plus poignants.

Une recette similaire est utilisée pour la chanson titre, mais l’humeur change : des percussions tribales et électroniques sont utilisées comme véhicule sonore principal, sur lequel des couches sonores sont ajoutées, une par une, jusqu’à la toute fin, lorsque tous les sons se dissipent dans une félicité cosmique. Abstrait et tribal sont les mots clés de cette chanson, bien sûr si quelqu’un veut vraiment faire tenir en deux mots toutes les bribes sonores qui constituent l’univers de la chanson.

« Tpos » est une de nos préférées. C’est la seule chomposition de l’album qui comporte de véritables paroles, mais quelles paroles ! Il s’agit de « The Pains of Sleep » de Samuel Taylor Coleridge. Au fur et à mesure que les strophes sont récitées une à une, le rythme change. Était-ce pour compléter le fait que le poème est écrit en rimes différentes, qui changent au fur et à mesure qu’il progresse ? Qui sait ? Mais ça sonne bien. Il est peut-être préférable d’apprécier une telle chanson sans analyse littéraire, mais on n’a pas pu m’empêcher de l’écouter avec le poème lui-même, et une question m’est restée en tête : pourquoi laissent-ils de côté le dernier vers « Et ceux que j’aime, je les aime vraiment », mais répètent trois fois la dernière partie de l’avant-dernier vers : « To be loved is all I need » ? La chanson ne se termine pas après la récitation du poème, mais elle continue pendant une minute de plus. Écoutez simplement le morceau et trouvez votre propre réponse. Les sons que Different Fountains tisse autour de ce poème ne sont rien de moins que brillants : simples, abstraits et parfaitement fluides.

Après « Tpos », nous n’avons même pas essayé de comprendre la partie vocale d’Arson, elle s’est simplement mêlée aux beats et aux glitches et a fait avancer la chanson comme un serpent glissant vers une fin inconnue. « Muppet » présente un motif hypnotique, sur lequel divers sons électroniques émergent de temps en temps, pour former un rythme asymétrique, qui est interrompu par sa fin bombastique sur une note.

« Ohcocopee « termine l’album avec une percussion ambiante, qui laisse place à des chants en écho. Ce dernier s’estompe, ne laissant que des éclats de percussion à peine audibles.

J’ai écouté l’album en format numérique et, heureusement, mon lecteur audio était en mode répétitif, de sorte que l’album n’avait pas de fin, puisque Jobs Job recommençait. Lorsque vous écouterez l’album, faites-vous une faveur et ne faites pas ce que je viens de faire ici, c’est-à-dire essayer de l’analyser et de le disséquer avec des mots. Appréciez-le simplement, c’est l’un des albums de danse expérimentale récents les plus gratifiants.

N’oublions pas non plus la superbe illustration de Bert Jacobs est également superbe. Elle complète magnifiquement l’album, car elle utilise un art similaire à celui de la musique : elle utilise la lumière, les nuances et les couleurs pour révéler une image qui devient plus détaillée au fur et à mesure que vous la regardez.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :