Sofr Cell: « Happiness Not Included »

Lorsque Soft Cell a annoncé qu’ils joueraient leur tout dernier concert à l’O2 à Londres en 2018, cela ressemblait à un arrêt complet, mais étant l’un des actes les plus contraires de la Grande-Bretagne, cette fin heureuse s’est avérée prématurée.

Cela a bien sûr déclenché l’action des fans ndignés lorsqu’ils ont annoncé d’autres concerts pour le quarantième anniversaire de leur premier album historique, Non-Stop Erotic Cabaret (1981(, et ensuite celui-ci, leur cinquième album, les gens oubliant commodément l’acte de suicide de carrière lorsqu’ils ont tué leur carrière pop avec de glorieuses chansons gothiques de torche sur le deuxième album, The Art of Falling Apart en 1982, et l’excitant effondrement mental pop éclaboussé de sang de This Last Night in Sodom un an plus tard.

Le fait que Dave Ball et Marc Almond soient toujours en vie et suffisamment proches pour enregistrer un nouvel album, qui fait suite à leur précédent album de réunion, Cruelty Without Beauty (2002), est un petit miracle. La saveur de Happiness Not Included est celle de la lassitude du monde, parsemée de réflexions salaces sur les histoires du passé. En ouverture de « Happy Happy », Almond se lamente sur un monde en perpétuel changement : « Je me souviens d’un passé qui nous parlait de l’avenir / Des fusées et des voitures volantes, d’autres personnes vivaient sur Mars » (I remember a past that told us of the future / Rocket ships and flying cars, other people lived on Mars . Des cordes de synthétiseur qui s’envolent et des chœurs dramatiques, et la phrase répétée « Les histoires de science-fiction nous ont parlé de notre avenir » ( cience fiction stories told us of our future) est littéralement la phrase la plus Soft Cell jamais écrite et un excellent début.

« Polaroid » est un retour en arrière sur la période où le groupe traînait à la Factory avec Andy Warhol et ses diverses muses, se souvenant des photos prises à l’époque. Le talent d’Almond pour la narration parvient à sauver la chanson de certaines des lignes les plus cinglantes qu’il ait écrites à ce jour, également sauvées par le backbeat techno implacable de Dave Ball.

L’avenir dystopique dont ils nous avaient prévenus il y a quarante ans est arrivé, et ici ils arrachent le plâtre. La gothermie chargée de doom de « Bruises on My Illusions » est une parfaite mise à jour de la noirceur dont ils ont parsemé leur dernier album des années 80, la paranoïa musicale étant clairement une récupération des sons que Martin Gore a pris lorsque Depeche Mode a décidé d’augmenter la noirceur. Tout aussi sombre, la chanson-titre en colère fait passer Almond pour un Victor Meldrew électro ; « Tout dans cette scène est offensant, c’est pourquoi nous sommes toujours sur la défensive / Nos médias sociaux font de nous des esclaves, comme des enfants, on doit nous dire de nous comporter » (Everything in this scene is offensive, that’s why we’re always on the defensive / Our social media makes us slaves, like children we have to be told to behave), la morosité inhérente et le tintement des claviers faisant référence à l’une de leurs meilleures chansons, « Heat », et s’avère être un moment fort. Tout aussi bon est le magnifique « Light Sleepers », avec ses arpèges de synthétiseur léthargiques, son saxophone et son léger accent celtique, plein du genre d’observations lyriques qu’Almond a régulièrement trouvé au cours de sa carrière solo réussie après Cell, la voix fragile et lasse du monde offrant une suite à l’un de leurs meilleurs titres, « Youth » de 1981.

Il est futile et légèrement ridicule de comparer Happiness Not Included à leurs précédents titres. Le succès pop, la formation artistique et le syndrome de l’imposteur qui en résulte, alors que tout ce qu’ils voulaient être était un Throbbing Gristle sur lequel on pouvait danser, est un démon auquel ils ont passé des décennies à essayer d’échapper, tout en le courtisant, ce malaise créant la tension qui est évidente dans toute leur production, y compris ici.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :