Belle and Sebastian: « A Bit of Previous »

Avec un titre ouvertement tourné vers le passé comme A Bit of Previous, il n’est pas surprenant que les vétérans écossais de l’indie pop Belle and Sebastian sonnent mieux lorsqu’ils revisitent leurs gloires passées. Le dernier album du groupe – qui se situe quelque part entre le neuvième et le douzième, selon que l’on compte les bandes originales et les trilogies d’EP – est un produit de la pandémie, car les confinements l’ont obligé à abandonner ses projets d’enregistrement en Californie. Ils ont fini par s’autoproduire à Glasgow, enregistrant à la maison pour la première fois en plus de 20 ans, et c’est peut-être pour cela que l’album semble si confortable et douillet.

Le premier titre, « Young and Stupid », est parfaitement dépourvu de spectacle, son rebondissement acoustique mid-tempo fournissant la toile de fond d’un violon magnifiquement faible et d’un outro parlé. « Maintenant, nous sommes vieux avec des os qui grincent / Certains ont des partenaires, d’autres sont seuls / Certains ont des enfants et d’autres des chiens / Nous traversons la galère de la nuit » (Now we’re old with creaking bones / Some with partners, some alone / Some with kids and some with dogs / Getting through the nightly slog), roucoule tendrement le leader Stuart Murdoch, apportant un sentiment de maturité à la mélancolie classique de B&S. C’est un plaisir d’entendre Murdoch apporter la mélancolie sensible de ses premières années à une nouvelle étape de sa vie.

Le single phare « Unnecessary Drama » salit le son avec un stomp électrique de type garage, l’harmonica gémissant du guitariste Stevie Jackson rappelant le fameux « Me and the Major » du groupe. La somnolente « If They’re Shooting at You » et la swinguante « Come on Home » rappellent la chaude âme AM de The Life Pursuit, sorti en 2006. On peut dire la même chose de la dernière chanson « Working Boy in New York City », bien que l’arrangement magnifique de flûte et d’harmonies douces de ce morceau soit quelque peu gâché par une correction de hauteur qui donne l’impression que la voix de Murdoch s’éteint. Qui, d’aillers, écoute Belle and Sebastian pour entendre une voix parfaite ?.

L’album comprend certaines des meilleures chansons que B&S a écrites depuis des années, « Unnecessary Drama » étant une compilation de best-of. Ailleurs, A Bit of Previous offre un peu d’incohérence – en particulier lorsque le groupe s’appuie trop sur des arpèges de synthétiseurs froids avec le « Reclaim the Night » chanté par Sarah Martin ou le « Prophets on Hold » à saveur eurodance, qui ne sont tout simplement pas assez accrocheurs pour fonctionner comme une véritable synthpop (bien que ce dernier évoque joliment « Electronic Renaissance » de Tigermilk en se situant au milieu de l’album et en n’étant pas du tout à sa place). La voix de Murdoch est saisissante sur la ballade « Do It for Your County », mais celle-ci, ainsi que la ballade country de Jackson « Deathbed of My Dreams », sont trop lentes et laborieuses pour tenir tête aux meilleurs morceaux de l’album.

Mais même ces morceaux plus faibles n’enlèvent rien à l’humble douceur de A Bit of Previous. Belle and Sebastian ne fait pas une grande déclaration ici ; plutôt, plus de sept ans après leur dernier LP, Girls in Peacetime Want to Dance, B&S affine certains de leurs styles de signature et fait un album qui sonne quintessentiellement comme eux.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :