Jo Quail: « The Cartographer »

La violoncelliste Jo Quail est aussi à l’aise dans des ensembles classiques que dans des groupes de métal ou en solo. Elle a également sorti une série d’albums studio très convaincants au cours des douze dernières années. The Cartographer est une pièce à grande échelle en cinq mouvements pour violoncelle, violon, piano, chanteurs, percussions et huit trombones. L’album comporte également des éléments parlés qui sont pour la plupart discrets – jusqu’à ce qu’ils ne le soient plus.

L’album est en grande partie de la musique classique jouée de manière lourde, l’instrumentation inhabituelle ajoutant une sensation subtilement étrangère. Des techniques issues du minimalisme (accords de piano martelés) et du chant sont couplées à des percussions martiales pour un grand effet. Cela rappelle souvent étrangement Magma, une autre source d’amalgames rock/classique pesants.

La pièce maîtresse de l’album est « Mvement 3 », une exploration cinématographique puissante et délibérément rythmée de 15 minutes. Il commence doucement avec des couches de cuivres et de voix, tandis que des rythmes staccato se construisent et s’étirent. Les contributions de Quail sont discrètes et prennent surtout la forme de mélodies lentes. Le volume et le rythme s’accélèrent vers la 7e minute, avec des accords épais et majestueux des cordes et des cuivres.

À première vue, ces sections ressemblent à des riffs massifs de guitare électrique (pour être honnête, le violoncelle et le violon sont amplifiés et certains effets de distorsion ont pu être appliqués). Le piano et les percussions poursuivent leur marche désordonnée, faisant avancer le morceau tandis que les voix passent du calme au cri. Tout cela est retenu – contrôlé malgré l’énergie et la puissance brutes.

Cette seule piste n’est qu’un avant-goût de The Cartographer. Il y a beaucoup plus à entendre, notamment des passages qui auraient leur place sur un enregistrement de Steve Reich ou de Sunn O))). Mais l’offre de Quail parvient également à présenter des similitudes avec d’autres hybrides classiques / métal de ces dernières années – Triptykon et Nightwish, par exemple. En bref, c’est un très bel album pour quelqu’un (comme moi) qui a grandi avec le metal et qui aime l’entendre emmener dans des endroits nouveaux et étranges.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :