Dana Gavanski: « When It Comes »

Deux ans après son premier album, le sous-estimé, Yesterday Is Gone, Dana Gavanski évite le difficile bourbier du deuxième album en publiant ce qui ressemble à une autre première. When It Comes est un renouveau rêveur, tourné vers l’avenir, du côté plus excentrique et fougueux de Gavanski, qui saisit l’occasion de réinitialiser les attentes, y compris les siennes.

Après une période frustrante de récupération vocale, Gavanski a dû non seulement se reconnecter à sa propre voix, mais aussi faire face à des questions existentielles plus importantes. Pour une musicienne qui était sur le point de faire une tournée décisive avant la pandémie, ce hiatus est arrivé au pire moment.  Travailler sur ces changements  » ressemblait parfois à une bataille, que j’ai souvent perdue « , dit-elle. Le titre de l’album reflète à la fois le poids du désir d’aller de l’avant et le soulagement de laisser les choses venir à soi en temps voulu, ou de se retirer de son propre chemin. S’il est clair que Gavanski a retrouvé sa passion pour l’écriture de chansons sur When it Comes, sa nouvelle direction est moins une tentative d’innovation qu’un retour à quelque chose d’authentique et d’utile.

Après quelques écoutes, ce but se cristallise lentement comme un appel à cœur ouvert à être gentil avec soi-même et à être présent avec tout ce qui se passe pour vous en ce moment. Inspiré par la solitude de l’hiver, le morceau d’ouverture,  » I Kiss The Night « , résume parfaitement cette idée. Son riff de piano descendant doucement se penche sur la solitude, établissant un rythme calme et prudent qui se répercute sur les morceaux suivants. À partir de là, nous sommes amenés à faire une promenade plutôt qu’une course à travers l’album. Nous avons l’espace et le temps de ressentir son mélange de textures acoustiques organiques et électroniques, découvrant de nouvelles choses à chaque promenade. Si le processus créatif de Gavanski a pu sembler urgent en raison des limites qui lui étaient imposées, cela ne se répercute pas sur l’auditeur. C’est un album vraiment facile à vivre, à emporter lors de promenades dans des endroits naturels et magnifiques, tant il est aérien et donne une impression d’espace.

Gavanski est parfois comparée à Cate Le Bon en raison de ses tonalités plus mélancoliques. Pourtant, dans cet album, sa voix se déplace et s’agite de manière plus optimiste, incarnant une multitude de personnages issus de souvenirs d’enfance, du folklore et des mythes. On peut entendre d’autres points de référence, par exemple les nuances veloutées de Trish Keenan sur  » Bend Away and Fall  » et  » Under the Sky  » (aidées en partie par les polyrythmes et arpèges du Moog et du clavecin). Ailleurs, il y a un petit clin d’œil à Aldous Harding sur « Letting Go ».  La prééminence des sons Moog se retrouve dans les subtiles touches de soutien de « The Day Unfolds » et « Lisa », et de manière plus insistante dans la ponctuation à la Stereolab de « Indigo Highway ».  Gavanski et son groupe au complet, dont son partenaire et coproducteur James Howard, évoquent l’esprit synthétisé de la pop européenne avant-gardiste des années 80 et de la cold wave, en le mariant à un noyau solide de chansons et d’instruments d’inspiration folk. Le résultat est une collection diversifiée d’idées et de mélodies qui se tient de manière cohérente et rassurante, même lorsqu’elle s’aventure dans des nouilles plus expérimentales et des idiosyncrasies glauques.

Alors que la majorité de l’album finit par s’installer et trouver son niveau après quelques écoutes, les deux dernières chansons se sentent encore assez à part. Beaucoup plus sombre et avec un humour curieux,  » The Reaper  » a un rythme inflexible, clairsemé et lancinant et des couches d’appels vocaux, de gazouillis et de soupirs qui le rendent constamment intéressant. Sur la dernière chanson  » Knowing To Trust « , des embellissements inhabituels, des pads sourds et des synthés bouillonnants forment une toile de fond à la voix haletante et lasse de Gavanski.  Pris ensemble, ils terminent When It Comes sur une humeur soudainement profonde et irrésolue. Entre les houles ascendantes béates et les synthés désaccordés maladifs, il y a une dualité dans ses derniers mots qui résonnent : « Je connais ton visage, je connais ton visage »( I know your face, I know your face).  Dans le silence qui suit, on se demande si c’est un avertissement ou un réconfort.  Peut-être que c’est les deux et aucun des deux. Nous entendons ce dont nous avons besoin. Comme le dit Gavanski, « les mots… pour moi, la plupart du temps, ce sont des pivots. Ils pointent dans une direction mais n’y restent pas nécessairement. » 

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :