MAW (Frank Meadows, Jessica Ackerley, Eli Wallace): « A Maneuver Within »

On aime le concept d‘un trio de stars et c’est exactement ce que cet album est. Frank Meadows, Jessica Ackerley et Eli Wallace ont tous trois réalisé d’excellents travaux en solo ces dernières années, en plus d’une foule d’autres projets de collaboration essentiels, mais MAW n’a rien à envier à tous ces projets. A Maneuver Within est une vitrine habile du talent inné de chaque artiste et l’environnement contrôlé apporte une couche supplémentaire d’intimité, donnant l’impression que nous sommes installés dans ce petit espace avec eux. Tout semble à la fois petit et puissant, et si nous respirons trop fort, les structures s’effondreront. La puissance dans les moments calmes est un thème central de A Maneuver Within.

Chaque petit passage requiert une attention constante, mais tant que nous restons dans l’instant, les petits détails et les arrangements réduits offrent des récits profondément gratifiants. Le bouillonnement des basses ondule dans « Prophase » comme si le sol s’était transformé en un liquide visqueux et consommait lentement tout ce qu’il touche. Meadows et Acklerley sont des acrobates qui se déplacent dans tous les angles et dans toutes les directions, mais évitent soigneusement d’entrer en collision à chaque tournant. C’est hypnotisant.

Une tension grinçante s’installe dans la poche de « Metaphase », épelant les noms des fantômes avec une planche ouija électrifiée. Des drones de basse altitude se frayent également un chemin dans la pièce, mais leur tactilité nous fait dresser les cheveux sur la tête. Des ambiances sombres tirent dans des directions disparates, menaçant de rompre le dernier fil avant que « Anaphase » ne prenne le relais. Les squelettes percutants des techniques de piano crépitantes de Wallace voltigent dans l’espace avec une fantaisie énigmatique. Des notes répétées se déchaînent dans l’urgence, tentant d’échapper aux grattages rapides d’Ackerley et aux archets dansants de Meadows. Les figures se déplacent selon des schémas inattendus, laissant des formes angulaires gravées dans les murs en miroir. 

Ackerley continue de montrer qu’il n’y a rien qu’elle ne puisse jouer, ces minuscules spectacles minimalistes devenant un terrain fertile pour qu’elle tisse toutes sortes d’anxiétés dans ses cordes. Elle trouve une courbure émotionnelle dans les paysages expressifs de l’opus latéral « Decay ». Des mondes se développent à partir des passages sonores tendus, se contractant finalement avant de recommencer le processus sous un nouvel angle. 

Des tonalités creuses sautent du piano alors que « Decay » avance à la recherche d’un vide où les avaler avant d’être étouffées par les subtils points de basse archetés de Meadows. Les forces obstinées entre les deux timbres nous incitent à tendre l’oreille pour écouter ce que l’air entre les deux murmure. Des cliquetis et des disséminations en poussière grattée. Le vide se transforme en une chambre d’écho où les pincées d’Ackerley dansent tranquillement à la périphérie, comme si personne d’autre ne pouvait les voir ou les entendre. Tout se rassemble pendant un bref instant avant de se disperser, une fois de plus, parmi les étoiles déclinantes.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :