King Gizzard & the Lizard Wizard: « Omnium Gathering »

Les Australiens de King Gizzard & the Lizard Wizard font facilement partie des groupes les plus prolifiques et polyvalents de ces deux dernières décennies. Ils ont sorti près de deux douzaines de collections depuis 2012, dont plusieurs années ont donné lieu à plusieurs sorties chacune. De plus, leurs mélanges très aventureux de rock psychédélique, de hip-hop, de rock garage, de métal, d’ambient, de dream pop et d’électronique évoquent des artistes aussi variés que Pink Floyd, Motörhead, Childish Gambino, Japanese Breakfast, Black Midi et Tame Impala.

Compte tenu de leur talent et de leur ténacité, ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne se surpassent en créant un double album. En effet, Omnium Gatherum – qui a plus de points communs avec l’accueillant et exploratoire Butterfly 3000 de 2021 qu’avec l’avant-gardiste Made in Timeland du mois dernier – est essentiellement le magnum opus du groupe.

Il n’est pas aussi bizarre que, par exemple, les plus longues excursions de Frank Zappa ou Captain Beefheart dans les années 1960, mais il exploite le même type d’imagination et d’aptitude sans limites. Du début à la fin, il célèbre pleinement les excentricités intelligentes de l’héritage et du nom du groupe.

Le sextuor a expliqué que la réalisation d’Omnium Gatherum était particulièrement importante car c’était la première fois que King Gizzard & the Lizard Wizard enregistraient ensemble depuis le début de la pandémie de COVID-19. (Les albums précédents ont été produits de manière isolée, les parties de chaque membre étant compilées à distance).

Les sessions leur ont également permis de s’installer dans leur nouveau studio, Gizz HQ, et d’essayer une approche plus libre au lieu de se placer une fois de plus dans une boîte conceptuelle avec « des thèmes explicites et des sons singuliers ». Comme s’en réjouit le chanteur/guitariste Stu Mackenzie : « On a décidé que c’était comme notre ‘double album’ classique et tentaculaire. Notre White Album, où tout est permis. »

Comme prévu (étant donné la longueur de l’album et l’histoire du groupe), ce sentiment se retrouve tout au long du voyage. Par exemple, les merveilleusement rythmés, vibrants et mélodiques « Magenta Mountain », « Blame It on the Weather » et « Presumptuous » sonnent comme la progéniture sonore de Portugal. The Man et Danger Mouse, tandis que « The Garden Goblin », « Red Smoke » et « Candles » incorporent diverses nuances d’Oasis, Badly Drawn Boy, Super Furry Animals et Steely Dan. Ce ne sont là que quelques exemples de la beauté de Omnium Gatherum, qui dégage des combinaisons inventives et colorées de synth-pop, de jazz, de soul, de R&B et de folk.

Dans le même temps, King Gizzard & the Lizard Wizard sont très désireux d’explorer un territoire étonnamment rapide et féroce. Plus précisément, « Predator X » et « Gaia » canalisent l’intensité sans retenue du heavy metal des années 1970 et du heavy psych moderne (voire du thrash et du death metal à certains moments).

Ailleurs, des éléments de Gorillaz, Stevie Wonder, Citizen Cope et Run the Jewels imprègnent « Kepler-22b », « Sadie Sorceress », « Ambergris », « Evilest Man » et « The Grim Reaper ».

Bien sûr, ces comparaisons avec d’autres musiciens n’ont pas pour but d’insinuer un manque d’originalité ; au contraire, elles visent à démontrer la diversité et les efforts stupéfiants d’Omnium Gatherum. Au risque de paraître hyperbolique, il est juste de dire que presque chaque chanson mérite d’être analysée pour être un testament autonome de la créativité apparemment infinie du sextet. Le fait que tout s’enchaîne de manière si cohérente – avec de nombreux morceaux qui s’enchaînent avec une fluidité animée – est tout simplement extraordinaire.

Malgré cela, certaines choses freinent un peu le disque. En particulier, le morceau d’ouverture de dix-huit minutes « The Dripping Tap » abuse de son statut. Certes, son espace apaisant et son instrumentation énergique s’alignent parfaitement sur les expérimentations cosmiques de certains artistes de prog rock des années 1970 – Gong, Hawkwind, Soft Machine, etc. Cependant, vers le milieu de l’album, on passe de l’envoûtement à la monotonie, sans que l’écriture ou les arrangements ne vous retiennent complètement.

Il en va de même pour le final, certes bref, « The Funeral ». À la base, il s’agit d’un épilogue sans paroles, rustique et éthéré, mais bien qu’il ne dure que deux minutes et demie, il commence à serpenter avant d’être terminé. Ensuite, il y a « Persistence », un peu trop inerte et répétitif, qui ressemble à une version hallucinogène de Steve Miller et Journey.

Heureusement, ces petits défauts ne ternissent pas l’accomplissement miraculeux qu’est Omnium Gatherum. En fait, ces défauts sont tout à fait normaux, car même les meilleurs doubles albums – ou du moins la majorité d’entre eux – peuvent se permettre de perdre quelques passages. Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que King Gizzard & the Lizard Wizard ont établi une nouvelle référence pour eux-mêmes.

Comme beaucoup de groupes qui l’ont inspiré, Omnium Gatherum est vaste, hétéroclite et au moins un peu complaisant, mais c’est précisément ce qui le rend brillant.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :