Psychedelic Porn Crumpets: « Night Gnomes »

Une musique inventive et imaginative ? Des titres de chansons loufoques ? Des riffs lourds ? Les agrafes de la marque Psychedelic Porn Crumpets sont en abondance sur le cinquième album du groupe de Perth, Night Gnomes. S’en tenir à la même formule album après album serait une déception pour de nombreux groupes, mais la créativité irrépressible de Jack McEwan, auteur-compositeur et leader, est telle que Psychedelic Porn Crumpets offre une production hard/psych rock unique et rassurante, qui divertit et se démarque constamment.

Enregistré dans le home studio de McEwan, la production est impressionnante, permettant à une aura psychédélique omniprésente d’imprégner les 11 titres enregistrés pendant le confinement du COVID-19 en Australie. L’impact psychologique sinistre du COVID-19 imprègne l’album, McEwan décrivant le contenu lyrique de Night Gnomes comme une tentative de comprendre ce qui se passe.

Le titre épique  » Terminus the Creator  » s’ouvre sur des synthés distordus qui laissent lentement la place à la batterie fracassante de Danny Caddy, puis aux contributions du reste du groupe, la voix de McEwan donnant l’impression d’être sous l’eau, une caractéristique qui se retrouve par intermittence tout au long de l’album. Ceux qui auront la chance d’assister à la tournée de Psychedelic Porn Crumpets en août et septembre ne pourront pas trouver de meilleur morceau d’ouverture pour planter le décor du hard rock souvent « béhémothique » que le groupe sait si bien produire. 

Un trio d’excellentes chansons s’ensuit avec le single de 2021  » Lava Lamp Pisco  » qui présente des riffs lourds et un son claustrophobe qui ne vous lâche pas,  » Dread and Butter « , un voyage nostalgique guidé par une guitare acoustique qui se construit magnifiquement jusqu’à un crescendo guidé par des cordes et le dernier single  » Bubblegum Infinity  » qui trace sa route avec un groove de guitare lourd et les paroles de McEwan qui se concentrent sur les techniques de respiration alors que le chaos l’enveloppe. « Dread and Butter  » est remarquable pour son son radio-friendly (ce qui n’est pas le cas de Psychedelic Porn Crumpets), bien que, sur le plan lyrique, il se démarque certainement avec des paroles telles que « place a battery on my tongue » (mets une pile sur ma langue). Bubblegum Infinity » offre un moment fort de la production avec la voix distante de McEwan qui surgit soudainement dans les enceintes grâce à un changement de station de radio.

Le hard rock de  » Lava Lamp Pisco  » est reproduit dans  » Bob Holiday  » avec la voix de McEwan plus claire que sur la plupart des morceaux et le groupe qui s’approprie le son serré de Jet. Acid Dent  » est une chanson palpitante et rapide dont les paroles évoquent la nécessité de ralentir le rythme à mesure que le groupe vieillit. Cela se traduit par un ralentissement du rythme plus tard dans la chanson pour donner de l’espace à McEwan et à son collègue guitariste Luke Parish pour un solo de guitare digne des années 80. 

Le titre « Night Gnomes » est ridicule et amusant, McEwan chantant à propos de gnomes s’ébattant dans une forêt mythique sur une bande sonore de type conte de fées qui évoque une émission animée en images de synthèse pour enfants avec une touche sombre. Si le morceau avait un animal spirituel, et oui, la chanson vous fait réfléchir à ces questions ( !), « Wonderboy » de Tenacious D serait un bon choix. 

« Microwave Dave  » est la longueur d’un interlude ou d’un sketch et associe le récit de la banalité d’un homme à un accompagnement musical psychédélique très proche de la production plus sauvage des Beatles. 

Le morceau instrumental « In Dream Out » est une création apaisante, avec une guitare presque éthérée, qui précède le morceau final « Slinky Holy Water », un effort pensif avec une guitare aqueuse et un refrain simple à la David Bowie, avec une guitare acoustique. C’est un morceau shoegaze à l’extrême, avec des harmonies ouatées et la voix de McEwan rejointe par une seconde voix, comme celle d’un enfant démoniaque, lorsque la chanson s’éteint à la fin. 

De tous les morceaux, seul « Sherbert Straws » échoue avec un arrangement complexe, mais oubliable. Les paroles abstraites et les voix souvent peu claires donnent à l’album peu de poids émotionnel et les morceaux transcendent rarement les efforts ludiques du groupe, qui maîtrise parfaitement ses instruments. Mais il s’agit d’une musique intelligente et saisissante, les riffs de McEwan et les notes aiguës de Parish à la guitare principale étant les éléments vitaux de l’album.  

Peu de groupes occupent actuellement l’espace du rock dur/psychédélique (Ty Segall, King Gizzard, pour n’en citer que quelques-uns) mais Psychedelic Porn Crumpets le fait et Night Gnomes est un ajout typiquement impressionnant à sa discographie. 

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :