Father John Mist: « Chloë and The Next 20th Century »

Le cinquième album de Josh Tillman sous le nom de Father John Misty est plus énigmatique que les quatre précédents. Bien que le nom de scène Misty puisse être une façade, il n’a jamais été ressenti comme un voile : Tillman a rarement reculé devant les paroles sincères, l’autoportrait avec ses défauts et l’autodérision occasionnelle. Du trip sous acide de son premier album Father John Misty, Fear Fun (2012), en passant par la lettre d’amour conjugale dévastatrice de I Love You, Honeybear (2015) et la pop de chambre existentielle de Pure Comedy (2017) jusqu’à la panne de chambre d’hôtel de God’s Favorite Customer (2018), Tillman a toujours mis à nu son cœur, son âme et son esprit.

Chloë And The Next 20th Century est en quelque sorte une déviation. Il est beaucoup moins ancré dans des lieux, des personnes ou des thèmes spécifiques. Ce qui lie l’album, c’est plutôt son arrangement musical : il est produit à la perfection par Tillman et son collaborateur de longue date Jonathan Wilson, tandis que l’arrangeur Drew Erickson a enveloppé les chansons d’une orchestration luxuriante, comme s’il cherchait à les présenter comme les héritiers légitimes d’un catalogue perdu de grandes chansons américaines. Il y a de temps en temps une balle courbe, comme le shuffle latin d’Olvidado (Otro Momento), mais la plupart du temps, la musique plane sur un plan astral entre le jazz speakeasy et le nexus ultérieur de Dylan, Nilsson et Newman. Le résultat est étrangement intemporel.

Ce n’est pas anonyme pour autant. L’album est peuplé de personnages vivants mais inconnaissables : Des publicitaires de F Scott Fitzgerald, des héroïnes de films noirs romantiques, des énergumènes de Richard Brautigan. Qui est Chloë, le sujet du premier des deux titres de l’album ? Une sorte d’image se dessine, mais elle reste mystérieuse derrière des détails au compte-gouttes : une « socialiste d’arrondissement », « son âme est une étendue noire ». Tout se termine mal pour elle, de toute façon ; elle saute d’un balcon dans le dernier couplet.

L’humour ironique de Tillman fait des apparitions de temps en temps et il n’a pas perdu sa capacité à regarder une situation de biais. « Goodbye, Mr Blue » utilise avec succès un chat mourant comme moyen de réflexion sur une relation ratée. « Cet Angora turc est la seule chose qui reste de nous deux » (That Turkish Angora is about the only thing left of me and you), chante-t-il, avant de se demander s’il serait encore avec son ex si le chat l’avait tué avant leur rupture. Mais le plus souvent, ces chansons semblent sincères. L’introduction au piano de « Kiss Me (I Loved You) » semble être directement empruntée à la chanson titre de I Love You, Honeybear, mais c’est une affaire bien plus douce que la désinvolture sexy de son point de référence.

Les chansons « torchy » et les études de caractères étranges qui constituent l’essentiel du disque ne sont pas mauvaises, loin de là. Mais elles ont tendance à se frotter un peu trop doucement à vous, là où les albums précédents de Father John Misty s’en prenaient à vos talons ou vous tombaient sur les genoux. Et ils semblent moins uniques, moins personnels. Lorsqu’il chante « I » ou « my », on a moins l’impression qu’il parle de Josh Tillman, mais plutôt qu’il parle en tant qu’homme ordinaire. Il n’habite pas les chansons de la même manière, c’est comme s’il les portait. Le nom de Father John Misty n’a jamais été ressenti comme un voile, mais on commence à se demander si tous ces arrangements orchestraux n’ont pas été ajoutés comme un moyen de dissimulation. Il serait intéressant d’entendre les morceaux bruts qu’il a apparemment posés avant qu’Erickson ne s’y mette.

Puis, finalement, juste au deuxième titre, « The Next 20th Century », qui clôt l’album, le voile tombe. Cette chanson est une sorte d’aberration : Tillman divague philosophiquement sur un arrangement beaucoup plus sombre, avec des accords de piano sinistres et un solo de guitare brûlant. Cela pourrait presque être un extrait de Pure Comedy. Finalement, il arrive à l’essentiel de son argumentation : « Je ne sais pas pour vous, mais je vais prendre les chansons d’amour / Si ce siècle est là pour rester » (I don’t know about you but I’ll take the love songs / If this century’s here to stay). C’est ce qu’il fait depuis 50 minutes ? Il nous prescrit une dose de ballades romantiques pour nous aider à traverser des moments difficiles, où « les choses empirent tout en restant étrangement les mêmes » (things keep getting worse while staying so eerily the same)? C’est une nouvelle facette du Père John Misty. Il faudra peut-être s’y habituer.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :