Nilüfer Yanya: « Painless »

Trois ans se sont écoulés depuis son premier album Miss Universe, un opus conceptuel brillamment réalisé qui a séduit la critique. La chanteuse et auteure-compositrice londonienne Nilüfer Yanya nous revient avec un deuxième disque étonnant et musicalement diversifié, Painless.

Elle traverse une fois de plus une variété de genres, mélangeant des voix fumées et soul avec de l’art rock, du trip-hop et de la pop. À l’occasion, Yanya habite sans effort l’arrière-pays indie, soul-jazz, autrefois occupé par Everything But the Girl, et à d’autres moments, il y a des moments qui donneraient du fil à retordre à Radiohead. Painless est une œuvre qui voit Yanya s’ouvrir à ses sentiments d’une manière beaucoup plus directe que sur son premier album. Il n’y a pas d’obscurcissement, pas de dissimulation d’émotions derrière des concepts, cette fois-ci elle affronte ses sentiments de front.

Il y a un sens du but dans Painless, la voix de Yanya envoûtant un magnifique collage de mélodies méticuleusement construites. C’est un album plein de rebondissements complexes. Au moment où l’on pense avoir pris la mesure de l’album, il se détache et prend une autre direction. Dans des mains moins habiles, ce type d’album pourrait d’abord submerger l’auditeur, mais c’est un album qui ravit et surprend constamment, et qui est plein d’arrangements musicaux artistiques et complexes et de beauté mélancolique.

Par moments, vous serez apaisé par la beauté décontractée et gracieuse de morceaux tels que « anotherlife » et l’instant d’après, vous serez emporté par le rush majestueux de guitare de « stabilise ». « Midnight Sun » entre dans le domaine de Radiohead, l’un des nombreux sommets hypnotiques qui brille par son élégance sombre avant de faire exploser une batterie de riffs négligés.

« Trouble » est exceptionnel, car la voix larmoyante de Yanya transmet une véritable émotion, et le superbe « shameless » la voit embrasser sa vulnérabilité pour trouver une sorte de beauté morose au milieu d’un chagrin d’amour.

Tout au long de Painless, Yanya arrache émotion et drame sombre à partir d’un dispositif intentionnellement minimal. Il n’y a pas d’artifices de production envahissants, et chaque chanson a l’espace nécessaire pour respirer, pour se déployer et s’étendre lentement. C’est la puissance pure de son écriture et ses arrangements complexes qui vous laissent éblouis et sans aucun doute que Yanya est une auteure-compositrice et une musicienne d’un immense talent pour qui le ciel est la limite.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :