Tom Rogerson: « Retreat To Bliss »

Après la sortie de Finding Shore en 2017, une collaboration qui l’a vu s’associer à Brian Eno, la vie du pianiste et auteur-compositeur-interprète Tom Rogerson a changé de manière tumultueuse. Les années intermédiaires ont apporté la naissance d’un enfant, la perte d’un parent, et un diagnostic bouleversant concernant sa propre santé. Il quitte Berlin et retourne dans le Suffolk, un lieu familier et accueillant datant de son enfance, et commence à composer des pièces minimales pour piano dans l’église qui jouxte la maison de ses parents.

Sur Retreat to Bliss, qui constitue le premier album solo de Rogerson, les touches du piano ainsi que sa propre voix retracent et transcrivent des événements profondément personnels. Elles remontent également dans le passé, comme si elles voulaient revenir à des temps plus innocents. Les pensées intimes et privées qui se trouvent dans le cœur sont transmises par la voix, articulant et exprimant ce qu’un instrument est parfois incapable d’exprimer, car elles viennent directement de son âme.

Rogerson s’ouvre, ce qui est un signe de courage, et cela reflète son comportement naturel ainsi que d’autres qualités vertueuses de sa musicalité. Lorsque le bouclier tombe, il n’y a rien derrière quoi se cacher, et cette vulnérabilité nue rend l’album encore plus puissant. Elle révèle également une force intérieure et une volonté d’être soi-même. Rogerson libère ce qui était refoulé, le déversant à travers le piano, qui n’est pas seulement un ami familier mais une bouée de sauvetage. C’est de là que vient l’authenticité de la musique, il n’y a rien d’artificiel.

« Toute ma vie, le piano a été mon compagnon constant, mon confesseur, mon meilleur ami et mon pire ennemi. J’ai toujours écrit de la musique sur et pour le piano, mais elle me semblait trop personnelle, trop privée pour être publiée. Ces dernières années, j’ai connu des difficultés, des joies et beaucoup de changements. Ma réponse a été de me retirer vers ce en quoi j’ai le plus confiance : le piano, ma voix et le paysage dans lequel j’ai grandi ». 

Sincère et poignant, le piano résonne entre les murs de l’église, un lieu sacré et isolé pour la guérison des blessures. Tout s’effiloche dans ce lieu. Tout se défait. Le retour dans sa maison d’enfance est un purificateur, mais une fragilité subsiste. Quelque chose a été blessé et ressent le besoin de revenir en arrière, mais c’est aussi une lueur d’espoir, car les liens essentiels se recréent à nouveau. Le lieu, son moi et la musique sont tous ramenés au centre.

Retreat to Bliss est en accord avec lui-même, permettant à Rogerson de revenir à une époque plus stable et plus réconfortante. C’est aussi une digestion, une pause réflexive et une acceptation des événements. C’est un hymne chanté à son véritable foyer, qui se trouve aussi bien dans la campagne du Suffolk que dans son piano.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :