The Boo Radleys: « Keep On With Falling »

Il s’est écoulé six années presque interminables entre The Stone Roses et Second Coming ; quinze ans entre le premier album de The Avalanches, Since I Left You, et sa suite, Wildflower, et, pour couronner le tout, vingt et un ans avant que les membres de Ride puissent se retrouver dans une pièce assez longtemps pour enregistrer Weather Diaries, leur premier album depuis Tarantula en 1996. Il y a de fortes chances que si vous avez déjà acheté un de ces albums Now That’s What I Call Britpop pour un proche, « Wake Up Boo ! » des Boo Radleys était presque certainement la première face, la première piste.

Sorti à l’apogée du mouvement en 1995, cet hymne cuivré, joyeux et entraînant est inévitablement devenu la référence commerciale du quatuor. C’était aussi une sorte de coup de chance qu’ils n’ont jamais aspiré à répéter, et avec Kingsize en 1998, une identité qui, par accord collectif, a été mise au frigo. Aujourd’hui, ils sont de retour, mais sans l’auteur de « Wake Up, » Martin Carr, qui a mené une modeste carrière solo depuis la dissolution du groupe et qui n’est toujours pas dans le coup.

Avec Tim Brown (basse/guitare/claviers), Simon ‘Sice’ Rowbottom (guitare/voix) et Rob Cieka (batterie), le trio est revenu avec l’EP A Full Syringe And Memories of You en 2021, une collection de chansons qui exploraient des sujets métaphysiques tels que l’euthanasie et l’alcoolisme, et qui ouvrait la voie à leur réintroduction dans le long terme.

Seul le morceau-titre de l’EP se retrouve sur Keep On With Falling, qui cherche (officieusement en tout cas) à prouver que les anciennes responsabilités créatives de Carr, désormais multidimensionnelles, ne sont en rien un fardeau – et les preuves à l’appui sont souvent assez convaincantes.

L’ouverture « I’ve Had Enough I’m Out « revisite un territoire familier en juxtaposant son jangle indie mielleux et rétro avec, comme Sice l’a expliqué, des paroles qui offrent un désaveu de la religion, en particulier du catholicisme: «  How Many Times/Must I kneel at an altar/That Cost more to build/Than we all have to give ? » (Combien de fois dois-je m’agenouiller devant un autel qui a coûté plus cher à construire que ce que nous devons donner ?).

Il s’agit, de manière rafraîchissante, d’un lieu de pivots inattendus, même s’il n’est pas aussi fascinant que le superbe Giant Steps sorti en 1993. Par exemple, non pas un mais deux morceaux se terminent avec un goût résiduel de New Order dans les oreilles via le dernier morceau « Alone Together », tandis que le sentiment est encore plus prononcé sur « You And Me, » dont les synthétiseurs swooping soutiennent des paroles assombries par le spectre du cancer, mais qui embrassent aussi l’espoir.

L’expérience de plus de trois décennies signifie que les vieilles habitudes ont la vie dure, et l’art de l’enchaînement est peut-être encore plus nécessaire à l’ère de la playlist : en gardant à l’esprit l’impatience, les bonus pop pour les fans âgés et probablement encore âgés sont sagement chargés à l’avance.

En tournant le « jangleomètre » à 11 qu’est « I Say A Lot Of Things » empile les bons moments de ska, « All Along » tisse un psychédélisme soul léger, mais ce sont les Rhodes léchés et les harmonies tranchantes de la chanson-titre qui volent la vedette, la foudre frappant presque deux fois.

Il est compréhensible que pour des musiciens qui se sentent de retour après plus de deux décennies d’absence, il y a des choses qui fonctionnent, d’autres qui fonctionnent presque, et d’autres qui ne fonctionnent pas vraiment. Le cuivre dubby de « Here She Comes Again » assure qu’il se trouve dans la deuxième catégorie, tandis que les méandres rock histrioniques de « I Can’t Be What You Want Me To Be » semblent être forcés.

Quand la culture moderne semble s’effacer et recommencer toutes les 72 heures, on se demande bien pourquoi on voudrait, en tant qu’ancienne pop star réticente, s’insérer à nouveau dans cette matrice particulière.

Mais Keep On With Falling montre aux sceptiques qu’il y en a au moins quelques-uns de plus là où « Wake Up Boo ! » est venu, même si à long terme cela ne semble pas vraiment être le but.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :