Alex Cameron: « Oxy Music »

Alex Cameron n’est pas étranger aux guises et aux personas. Pour ses débuts, Jumping the Shark en 2013, Cameron a adopté de manière assez hilarante l’état d’esprit d’un chanteur déjà dépassé. À partir de 2019, avec Miami Memory, Cameron s’est senti plus à l’aise pour laisser tomber les concepts les plus highfalutin en faveur d’une narration plus intense entre les chansons, plus engagée, plus personnelle et plus dure. Aujourd’hui, Cameron a sorti son album le plus engagé et le plus passionnant à ce jour, Oxy Music.

Cameron a toujours été connu pour son humour pince-sans-rire et ses compositions de premier ordre. Des chansons comme « Far From Born Again » et « Real Bad Lookin » abordaient des sujets comme le travail du sexe et la toxicomanie avec un mélange puissant de réalité et de fantaisie. Mais il n’a jamais réussi à rassembler tout cela comme il le fait sur Oxy Music, neuf chansons de fil barbelé enrobé de sucre, mais qui s’avèrent toujours aussi faciles à digérer.

Il y a, en effet, quelque chose de sombrement apocalyptique qui plane juste sous la surface d’Oxy Music. Le morceau d’ouverture  » »Best Life » encourage l’auditeur à garder la tête haute face à la réalité de la vie en ligne, mais les fissures sinistres ne tardent pas à apparaître. « Sara Jo » cherche à savoir qui détruit la dynamique familiale centrale de la chanson, mais la réponse se trouve dans le vaste royaume de la désinformation et de la rhétorique de chambre d’écho qui s’est infiltrée sur Internet et dans la vie quotidienne.

Cameron cherche donc une échappatoire. L’amour enivrant est la première tentative d’endormir la douleur sur « Prescription Refill », mais il est clair que cela ne fonctionne pas aussi bien que les formes plus synthétiques de se cacher, à commencer par la camelote addictive de « Hold the Line ». Le titre de l’album n’est pas seulement un jeu de mots sur le légendaire groupe d’art-rock des années 1970, c’est aussi un rappel que les drogues dures sont toujours au premier plan de l’album et qu’elles se faufilent dans ses recoins miteux. C’est incroyablement sombre, même pour quelqu’un comme Cameron qui n’a jamais reculé devant les réalités les plus épineuses du monde.

Et pourtant, sous toutes ces observations pleines d’anxiété se cache une des musiques les plus excitantes et revigorantes que Cameron ait jamais produites. Des synthés aux sonorités célestes, des grooves rythmiques profonds, des saxophones grinçants et une voix douce et soyeuse de Cameron font que toutes les terreurs qui se cachent dans les paroles semblent être un lit de confort accueillant. De nombreux artistes ont déjà opposé leurs paroles et leur musique, mais peu l’ont fait avec la grâce et la précision de Cameron sur Oxy Music.

Tout au long de l’album, Cameron se situe sur la ligne de démarcation entre l’actualité et l’intemporalité. Certaines références maintiendront à jamais Oxy Music en 2022 : des références spécifiques aux vaccins, aux lentilles de transition, au paludisme. Mais Cameron considère également que ces éléments durent bien plus longtemps que ce que chacun d’entre nous veut bien admettre. Les défis peuvent sembler différents, mais ce ne sont que des versions évoluées de ce à quoi la société est confrontée en permanence : la maladie, la désillusion économique et l’augmentation du niveau de stupidité. Les échappatoires sont également les mêmes : pilules, poudres et prescriptions.

Dans la deuxième partie de l’album, Cameron continue à accumuler les facteurs de stress : la santé mentale dans « Breakdown », la domination de la drogue et la paranoïa sur Internet dans « K Hole », et la misère partagée de la dépendance sur « Dead Eyes ». Cameron réussit à ne pas se planter complètement en basant une chanson comme « Cancel Culture », mais c’est facilement le plus gros point d’achoppement de l’album. Elle est large et satirique, ce qui évite à la chanson d’être complètement ratée, mais elle est étrangement placée sur un album qui est par ailleurs si incisif dans ses observations. C’est probablement la composition qui sera le plus souvent victime du bouton « skip » à l’avenir. Heureusement, Cameron réussit à s’accrocher à l’atterrissage avec la chanson titre de l’album, avec un featuring gonzo de Jason Williamson de Sleaford Mods.

Plus important encore, Cameron ne laisse jamais ses idées prendre le dessus sur l’expérience d’écoute. En tant qu’expert dans la recherche d’hameçons, Cameron continue de réaliser le tour de magie qui consiste à vous faire arrêter et réfléchir aux mots extrêmement tristes qu’il vient de vous chanter et que vous n’avez pas compris la première fois. C’est parce que chaque chanson a une accroche indéniable qui fait qu’il est facile de s’asseoir et de groover sur l’album avec le cerveau éteint. Oxy Music est l’album le plus thématique et le plus cohérent de Cameron en termes de style et de tonalité, mais il contient également l’ensemble le plus dense de vers d’oreille jamais rassemblés en un seul endroit.

Il y a de fortes chances qu’Alex Cameron ait déjà sorti le meilleur album de 2022, et ce, après seulement trois mois. Oxy Music est un album si gracieusement conçu et revigorant en surface, mais incroyablement réfléchi et complexe sous la surface, qu’il est destiné à être un filigrane de tous les temps pour l’artiste. Il est parfois difficile de reconnaître quand quelqu’un atteint son apogée, mais ici c’est incroyablement facile : Alex Cameron est au sommet de son art en ce moment, et il a son premier classique avéré avec Oxy Music.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :