Gang of Youths: « angel in realtime »

Au cours des cinq années qui se sont écoulées depuis leur deuxième album, le très acclamé Go Farther In Lightness, le groupe de rock alternatif australien Gang of Youths a connu beaucoup de changements. Fin 2019, le membre fondateur Joji Malani a quitté le groupe, avant d’être remplacé peu après par le multi-instrumentiste (et ancien de Noah and The Whale) Tom Hobden. Mais plus important encore : en 2018, le frontman Dave Le’aupepe a perdu son père, dont la vie et l’héritage servent d’inspiration principale pour leur sensationnel nouvel album, angel in realtime.

Bien qu’angel in realtime soit en fin de compte une histoire personnelle centrée sur la propre perte de Le’aupepe, les thèmes et les émotions qui traversent le disque sont universels. Non seulement il réussit à être un hommage touchant et émotionnel à son défunt père, mais il va plus loin en livrant une œuvre d’art affirmant la vie, qui aborde certains des aspects majeurs de l’expérience humaine – la vie, l’amour, la mort, le deuil et la religion. 

Le son est également éblouissant, Gang of Youths restant un groupe de rock à la base, mais apportant des éléments de musique classique, de danse et de folk, ce qui permet à cette collection de chansons de s’envoler. Il y a également plus d’un clin d’œil à l’héritage de Le’aupepe dans les sons éclectiques présentés, avec des contributions de chanteurs Pasifika et Māori, ainsi que des échantillons des enregistrements du compositeur David Fanshawe de musique indigène des îles polynésiennes et de la région du Pacifique Sud. 

Tout cela est évident dès le début, avec « You In Everything » un morceau d’ouverture envoûtant et très orchestral, où Le’aupepe décrit de manière complexe les derniers moments passés avec son père. Il s’agit d’une mise en scène parfaite, avec une instrumentation sur grand écran, alors que Le’aupepe passe en revue chaque sens sur le refrain déchirant de « I will (need/see/hear/feel) you in everything » (Je vais (avoir besoin/voir/entendre/sentir) de toi en tout). C’est une accroche émotionnelle qui vous entraîne dans le disque, avec le récent « In the Wake of Your Leave » qui poursuit l’histoire, avec des harmonies de soutien fournies par le Auckland Gospel Choir et des percussions de plusieurs batteurs des îles Cook. Le « single » principal, « Angel of 8th Ave. », est le moment où l’on peut vraiment commencer à entendre l’influence de Tom Hobden. C’est une chanson d’amour très hymnique qui se déroule à Londres, portée par des cordes, des synthés et un grand refrain « There’s heaven in you now » (il y a le paradis en toi maintenant).

Le ton change ensuite légèrement avec « The Returner » et « Unison » qui représentent une paire de morceaux folk aux cordes, avec le son du banjo et du saxophone ajouté à l’arrangement riche et varié de ce dernier. Le « single » de la fin de l’année 2021, «  Tend the Garden » » est un titre plus lumineux et estival, Le’aupepe expliquant de manière poétique l’amour de son père pour le jardinage en racontant son difficile voyage de Samoa à Auckland dans les années 60. « The Kingdom Is Within You » et « Forebearance » sont ensuite des crossovers dance/rock hypnotiques qui offrent des nuances de Moby et de Springsteen dans la même mesure, tandis que « Spirit Boy » est l’une des mini-symphonies de l’album grâce à une merveilleuse explosion de cordes sur la dernière ligne droite.

Curieusement, malgré la richesse de la splendeur instrumentale, c’est probablement la chanson la plus dépouillée de l’album qui offre le meilleur moment. Le’aupepe n’a jamais connu l’étendue de la vie et de l’ascendance de son père jusqu’à ce qu’il soit décédé, et c’est là qu’il a appris qu’il avait deux demi-frères plus âgés. Après les avoir retrouvés et rencontrés pour la première fois, il a écrit « Brothers », une ballade brute au piano qui rend hommage à l’héritage de son père tout en décrivant les hauts et les bas des relations qu’il entretient avec ses frères et sœurs. Cette chanson est écrite de manière exquise et constitue un morceau dévastateur et stupéfiant.

« The Man Himself » est un autre morceau orchestral sur lequel Le’aupepe donne une performance vocale émouvante en abordant une fois de plus son propre chagrin. Le grand final de 11 minutes en deux parties s’ensuit avec « Hand of God », un hymne au piano construit sur une imagerie religieuse et un refrain familier d’« Hallelujah », qui se fond dans le morceau de clôture « Goal of the Century ». Avec des cordes plus cinématiques et une influence tribale dans les chœurs et la batterie, il rappelle les textures de la piste d’ouverture et clôt joliment le disque, se terminant parfaitement sur les mots « You were an angel in realtime » (Tu étais un ange en temps réel).

Pour Dave Le’aupepe et Gang of Youths, l’objectif de ce nouveau disque était clair : « J’espère que ce disque sera un monument à l’homme que mon père était et restera longtemps après que je ne serai plus là moi-même. Il le méritait ». »Si le temps nous dira s’ils ont finalement atteint leur objectif, une chose est sûre pour l’instant : il s’agit d’un hommage magnifique et émouvant qui va au-delà des propres expériences de Le’aupepe et permet à l’auditeur de se connecter avec les histoires humaines qu’il trouve au cœur. Avec une écriture magnifique, une résonance émotionnelle, ainsi que des compositions magnifiques et variées, on ne peut s’empêcher d’être complètement emporté.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :