Black Marble: « Fast Idol »

Lorsque Chris Stewart a fait le tour de la presse pour son dernier projet, Bigger Than Life, il a donné un petit aperçu de la façon dont le fait d’avoir occupé un emploi épuisant dans la publicité à Manhattan lorsqu’il était plus jeune – entouré de travailleurs à vie de 9 à 5 qui n’étaient peut-être pas très créatifs mais qui exécutaient leur jeu d’entreprise au maximum – l’a préparé à être l’unité solitaire qu’est Black Marble. « Pour moi, le fait d’avoir une expérience dans ces emplois stressants où il faut être prêt à tout, m’a permis d’être une sorte d’homme-orchestre qui peut faire la musique, faire tout le design, travailler sur les vidéos (parce que j’ai fait une école d’arts visuels), donc je connais tout le monde visuel et musical », avait déclaré Stewart. « Vous allez tellement vous faire arnaquer si vous n’avez pas ces compétences en tant que créatif, surtout dans le monde du booking si vous ne comprenez pas les chiffres, vous allez complètement vous faire avoir. Tout est fait pour vous baiser, alors si vous savez comment vous défendre… »

Cette autodéfense s’accompagne d’une détermination sans faille à développer sa petite crevasse de genre : la coldwave. Stewart a construit une carrière réussie en se fiant à une fantaisie interne particulière qui consiste à mettre en boucle des synthés aux sons improvisés, des boîtes à rythmes qui mettent une seconde à démarrer, et des motifs de basse qui rappellent le passage textuel de la fin des années 70 et du début des années 80 du punk tapageur à la new wave capricieuse.

New Order, les premiers 45 tours de Madonna, certains moments de The Cure, les débuts d’OMD, et des éléments du groupe de power pop The Necessaries avec Arthur Russell et Ernie Brooks de Modern Lovers –on ne fait pas référence à quelque chose de nouveau ici, ces comparaisons ont déjà été mentionnées. Mais ces mondes sonores glacials restent intemporels. Toujours des clics, des bips et des tics pour un arrangement mécanique qui, lorsqu’il est bien fait, évoque des visions de mohawks bleus allant et venant devant une lumière rouge dans un dancefloor de sous-sol rempli de brouillard, où tous les isolationnistes se pâment joyeusement tout seuls, faisant discrètement honneur à l’espace post-rock.

Fast Idol, le quatrième album de Black Marble, ronronne pendant une bonne partie des 52 minutes de ce communiqué synth-pop de onze chansons. Dans certains passages, il fait perdre à vos oreilles et à votre cœur la notion du temps, glorieusement, surtout quand cette étendue frappe un type juste de tristesse automatisée. Tout comme l’essence de « Frisk », de son excellent album It’s Immaterial de 2016, il a mis en avant les bonnes choses, des « bangers » tristes à faire saute plutôt que pleurer. « Bodies », le deuxième morceau, permet à Stewart de rester inébranlable avec des choix sonores délicieusement rétro et ostentatoires, alors qu’il décrit en vers et en sentiments, un certain type de relation qui doit prendre fin, car le présage devient bien trop évident pour être ignoré. Ce titre, qui est un véritable tube, montre comment la production de Stewart – qui s’autoproclamait autrefois comme pourvoyeuse d’accroches glacées et synthés ondulants toujours sur le point de se désaccorder, s’est transformée en textures mélancoliques polies et solides qui repoussent l’enveloppe de l’esthétique pop dans des régions acérées. Dans la même veine, on retrouve « Royal Walls », un « jammer » en mode freestyle, avec des claquements de mains et des vibrations de basse cathodique, contenant des paroles qui serpentent le long de la ceinture pour capturer des bribes évocatrices de la vie quotidienne et des frictions et conflits que nous devons tous traverser.

Stewart choisit son approche d’homme-orchestre à la fois comme une esthétique et un moyen de survie. Pendant la majeure partie de Fast Idol, c’est l’approche qui fonctionne le mieux.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :