Vilhelm Bromander: « aurora »

Parfois, nous vérifions les étiquettes de genre d’un album sur Bandcamp pour nous assurer que nous sommes dans la bonne zone. L’artiste considère-t-il son travail comme du drone ou de l’ambient, par exemple ? C’est une indication utile si l’on se sent indécis. Il n’y avait pas beaucoup de doutes sur la façon de classer aurora – c’est une œuvre composée et définitivement moderne. Cependant, les tags sur le site ne font aucune référence à cela, citant entre autres « chamber pop » et « minimal ». Si vous vous attendez à un album qui est un croisement entre Perfume Genius et Taylor Deupree, alors vous pourriez vous sentir légèrement trompé. Mais quelles que soient vos idées préconçues, vous ne serez pas déçu – aurora est une œuvre singulièrement remarquable de délicates compositions pour bois et cuivres de Vilhelm Bromander qui plaira à quiconque a des oreilles.

Plus proche d’une suite en dix parties que d’un disque long-playing, aurora est une œuvre légère et aérienne. On a l’impression que certaines pièces risquent de s’effondrer sur elles-mêmes, tant leur nature est délicate. Comme la moitié des membres du sextuor jouent sur des instruments qu’ils ne connaissent pas, ce sentiment d’incertitude est un élément très réel de l’enregistrement. Bromander, plus connu comme contrebassiste, joue ici du saxophone. La présence d’Emma Augustsson au violoncelle, d’Anton Svanberg (tuba) et de Pelle Westlin (clarinettes et saxophone soprano) sert de point d’ancrage aux trois autres musiciens. C’est un bon équilibre à trouver – l’enregistrement conserve une fraîcheur qui aurait pu être perdue si six virtuoses s’étaient produits.

aurora est comparable au travail d’un quatuor de saxophones, mais la présence du violoncelle et du tuba lui confère un son plus riche et plus profond. Le morceau « Hollisgram » fait presque certainement un clin d’œil à Mark Hollis, chanteur de Talk Talk, avec des échos certains de « The Daily Planet » de son album solo. Bromander utilise la texture et le timbre dans l’enregistrement pour encadrer les phrases mélodiques délicates de ses compositions. Tout s’harmonise à merveille sur la conclusion « Over the Top and Beyond ». En regardant la longueur des morceaux, aurora peut sembler léger, mais c’est une œuvre parfaitement équilibrée, suffisamment longue pour rassasier l’âme, et suffisamment brève pour encourager de multiples écoutes.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :