The Lumineers: « Brightside »

À l’exception de leur tube « Ho Hey » dont l’effet de nouveauté est dû aux cris réguliers du titre, les « singles » de The Lumineers diffusés sur les ondes, comme « Stubborn Love » et « Ophelia », se sont appuyés sur des mélodies accrocheuses et sur l’attrait chaleureux de la voix de Wayne Schultz pour élever leurs chansons folk-rock relativement simples au-dessus de la clameur bruyante des modes de la musique pop et rock. Après que la violoncelliste et choriste Neyla Pekarek ait quitté le groupe avant leur dernier album, III, Schultz et le multi-instrumentiste Jeremiah Fraites ont reçu le soutien en studio de Byron Issacs à la basse, de Lauren Jacobs aux cordes et de quelques autres pour étoffer leur son. Mais ici, sur le quatrième album studio du groupe, Brightside, le duo a gardé les choses proches, plus calmes et plus intimes.

La chanson titre ouvre l’album relativement bref – 9 chansons, dont une reprise, d’une durée de 30 minutes – avec un slow rocker grunge et électrique qui tente d’offrir une vision positive d’une relation malgré les circonstances difficiles. La guitare électrique rythmique ne revient pas avant « Never Really Mind », où elle est pratiquement la seule instrumentation alors que le chanteur se rend compte que cet « amour n’a pas été conçu pour le temps », jusqu’à ce que le pont répété « don’t you fade away » se développe avec des percussions et des chœurs pour le dernier couplet et le refrain. Ailleurs, « A.M. Radio » est chantée doucement sur une subtile guitare acoustique jusqu’à ce que le piano et la batterie interviennent à mi-chemin, tandis que « Rollercoaste » », encore plus sombre, n’est soutenue que par un doux piano pendant toute la durée de l’album.

Dans la dernière, »everyone is holding on for dear life », The Lumineers semblent s’attaquer à la lutte contre la pandémie en utilisant les montagnes russes comme une métaphore évidente des hauts et des bas de nos cycles d’informations actuels et de nos divisions politiques permanentes, alors que « everyone was dyin’ to live ». « Where We Are » raconte la survie à un dangereux accident de voiture, avec le sentiment affirmatif que bien que lon ne sache pas où on est tout ira bien. Ailleurss, la meilleure chanson pop de l’album, « Birthday » », qui fait allusion aux influences des Beatles, offre le sentiment entraînant d’espoir que « it’s alright, it’s alright, it’s alright, it’s your birthday, dear ». Ecrivez-en une demi-douzaine d’autres comme ça, et vous aurez peut-être un album complet que les gens pourront célébrer, mais jusqu’à présent, The Lumineers se sont appuyés sur le sentiment et le ton familiers de leurs sons folk/pop accessibles et on peut se demander combien de temps cela suffira.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :