Maybeshewill: « No Feeling is Final »

Maybeshewill est de retour ! Il semblait que la voix séminale du post-rock britannique était terminée après leur spectacle à guichets fermés au Koko en 2016, avec Fair Youth de 2014 servant de chant du cygne en studio. Pourtant, il était peut-être inévitable que la séparation ne dure pas longtemps – les voici en 2021, tentés de sortir de leur retraite avec une nouvelle collection de chansons qui, comme ils l’ont dit eux-mêmes, «  ont remis le groupe sur pied « .

No Feeling is Final est certainement Maybeshewill pour la génération du changement climatique. Il y a une colère apocalyptique à l’œuvre ici, alors que le groupe fulmine contre le refus obstiné de la société de changer face à une planète mourante. Mais c’est surtout une profonde tristesse qui imprègne l’album – de sombres cordes occupent le devant de la scène tout au long de l’album, menaçant de dévorer le son de synthé habituellement optimiste qui a fait le nom du groupe. C’est un album sombre, mais on peut y trouver des lueurs d’optimisme, et bien sûr un défi politique qui a toujours été la marque de fabrique de la musique de Maybeshewill.

Très vite, l’étalage est fait. « Zarah », avec son sample prolongé (oui, les samples sont de retour sur cet album, même si ce n’est que très brièvement) fonctionne presque comme une déclaration de mission du groupe, un morceau rock et agressif qui montre que la foule de Leicester a toujours le feu sacré. « Complicity » bondit avec une menace appropriée, avant de céder la place au rythme mélancolique des claviers d’ « Invincible Summer ». Le solo de saxophone à la fin du premier  « single » « Refuturing » est une surprise bienvenue, complétant un morceau sombre qui projette néanmoins des airs d’optimisme. Il est suivi d’un autre moment fort, le folksy « Green Unpleasant Land », dont les méandres pastoraux finissent par céder la place à l’une des sorties les plus chaotiques de l’album.

En fin de compte, No Feeling is Final finit par être un peu creux. Il n’y a pas de mauvais morceau sur l’album – « Even Tide » et « The Last Hours » sont tous deux un peu trop longs, peut-être, mais ont quand même leurs moments. C’est juste qu’il n’y a pas grand-chose ici qui reste longtemps dans la mémoire – Maybeshewill, à leur meilleur, sont les maîtres du post-rock qui sinsinue dans les oreilles, mais il n’y a pas grand-chose pour rivaliser avec des titres comme « Red Paper Lanterns » ici. Trop de titres finissent par passer à côté, se confondant en un mélange de terreur sociétale.

Peut-être est-ce parce que l’apocalypse sombre de l’album s’avère un peu lassante au bout d’un moment. Il semble qu’il faille une éternité avant d’arriver à « Tomorrow », le morceau le plus proche, et à sa vision d’un avenir meilleur. C’est pourtant cette approche sombre qui fait que No Feeling is Final vaut la peine. Tant de groupes dans la position de Maybeshewill auraient roulé sur leur retour, se contentant de jouer les mêmes chansons dans les mêmes festivals jusqu’à leur prochaine retraite. Pourtant, ici, l’équipe de Leicester prouve qu’ils sont de retour pour une raison, qu’ils ont encore quelque chose à dire. Ce n’est pas encore le travail d’un groupe qui tire sur tous les cylindres, mais Maybeshewill est de retour et c’est en soi une raison d’être optimiste.

***

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :