Feral Vices: « With Offerings »

Feral Vices, un duo d’alt-rock à la guitare et à la batterie originaire de Louisville, produit des hymnes rock accrocheurs, prêts à être diffusés sur le site Spotify, avec des grooves qui font taper du poing et plus d’une bonne part d’accrocheurs. Le duo sort son nouvel album, With Offerings après avoir lancé trois singles en 2020. Mais – malgré le modèle déployé sur le dernier EP du duo, le très bon Mirror You en 2019 – ces « singles » en 2020 ne se trouvent nulle part sur la nouvelle version. Et c’est bien dommage, car l’un des « singles » en particulier, « The New Machines », était l’un des meilleurs du groupe à ce jour, totalement hymne et le type de groove haché et chargé de guitares qui met du sable dans les yeux de Josh Homme et de Queens of the Stone Age. Mais ce n’est pas grave, car, étonnamment, le nouvel EP n’a pas besoin de beaucoup d’aide pour atteindre une certaine ampleur

Oui, il y a un numéro de blues-rock délicieusement martelé (« Lay Down ») sur le nouvel EP. Et l’ouverture « Corpse In The Cathedral » est si ambitieusement saturée de couches qu’on dirait que les Foo Fighter Dave Grohl fpurraient faire une apparition. Mais le nouvel EP, à notre avis, tourne totalement autour de la quatrième chanson, « Mass Produce Your Revolution » où le groupe vise l’horizon et les étoiles et les atteint à la pelle ce qui pourrait faire du titre une composition dans la tradition de « Blank Generation » de Richard Hell. Les paroles sont excellentes, bien qu’un peu génériques, mais le message global (dans la veine de l’ancien « la révolution ne sera pas télévisée ») est livré avec passion et aplomb. Le refrain à la guitare est si vitriolique et si accrocheur qu’il chatouillera oreilles et cerveau de la plus belle manière.

Et cela ne dit rien des chansons qui entourent ce titre exceptionnel. Le leader Tyler Hoagland est un remarquable chanteur, même si son phrasé est un peu trop propre et peut-être un peu trop poli en studio pour correspondre aux refrains grunge – qui font souvent allusion au nouveau style blues-rock des Black Keys – qui les entourent. Mais c’est un sacré guitariste, très imaginatif avec ses phrasés et son contrôle du volume, et très prompt à essayer quelque chose de non conventionnel au lieu de tomber dans le moule trop prévisible couplet/refrain/couplet.

« Covered In Blue » comporte un anti-solo presque bizarre au bout de deux minutes, un pont qui semble presque contre-intuitif – mais qui fonctionne, bizarrement et il y a un super petit pont de guitare pixellisé vers la fin de la chanson titre qui clôt l’album et qui fait monter en flèche les guitares et les rythmes frénétiques du batteur Justin Cottner dans les dernières mesures.

Ces gars-là savent clairement ce qu’ils font et, de ce point de vue,v notre duo est un produit de son lieu et de son époque, la production en studio s’orientant davantage vers les Foo Fighters susmentionnés que vers ce que Grohl a fait, par exemple, sur le merveilleux In Utero de Nirvana, aux bords déchiquetés. Il n’y a rien de mal à cela, bien qu’il soit tentant d’imaginer cette chose coupée dans un autre Louisville, disons la version des années 1980 ou 1990 remplie de Maurice ou de Shipping News ou des bonnes gens du site Louisville Hardcore. « Félicitations/ Je pensais que vous en vouliez plus/ Ces moteurs rouillés/ Rien ne bouge plus ici » (Congratulations/ I thought that you’d wanted more/ Those rusted engines/ Nothing moves here anymore), chante Hoagland sur « The New Machines », leur superbe « single « de 2020. C’est cet esprit Louisville que nous aimerions voir le groupe creuser plus profondément. Cela pourrait rendre la musique beaucoup plus bruyante et beaucoup plus brute, en mettant l’accent sur le non conventionnel plutôt que sur une piste vocale lisse ou une accroche alléchante. Mais c’est le Louisville d’aujourd’hui et Feral Vices (et des groupes comme WiiRMZ) s’efforcent de se l’approprier. Et si « Mass Produce Your Revolution » devient leur meilleur score, qu’il en soit ainsi. Ce n’est pas un mauvais endroit pour y accrocher son chapeau et y poser ses bottes avec aise.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :