Ars Magna Umbrae: « Throne Between Worlds »

Le mystérieux K.M., ou Kthunae Mortifer pour les intimes, a passé ces dernières années à marquer de son empreinte le monde du black metal. Avec Ars Magna Umbrae, K.M. crée une forme d’évasion musicale et mystique dans laquelle l’auditeur et le musicien tombent béatement. Le Polonais nous offre ici des vagues cosmiques depuis ses débuts quatre ans plus tôt avec le spectaculaire Lunar Ascension, un album qui a ébloui les critiques et suscité un culte. Après le deuxième album Apotheosis, sorti l’année dernière, voici le troisième album Throne Between Worlds, une quête ésotérique de six titres dans les mondes profonds, semblables à ceux qui ornent la pochette étonnamment complexe.

La cacophonie absorbante de la dissonance du black metal, avec ses riffs atonaux et sa nature caverneuse, est l’un des nombreux attraits de ce genre musical particulier.  « Into Waters of the Underworld » ouvre cette porte de l’enfer auditif et vous inonde de la discorde harmonieuse du métal ésotérique et de sa netteté angulaire. Un interlude effroyable de voix gémissantes et désincarnées sur une proclamation murmurée donne quelques frissons à une colonne vertébrale macabre. Cette introduction fantasmagorique ne fait qu’effleurer la surface et constitue une ouverture assez sobre et riche en atmosphère, l’album peut maintenant éplucher ses couches et révéler ce qui se cache au fond de ses eaux stygiennes.

Chaque morceau vous emmène à travers un portail de dissonance vers de méchantes demeures d’horreur et des paysages abyssaux. Ces histoires aux multiples textures oscillent entre la dureté grinçante et avant-gardiste et la beauté éthérée, le tout façonné dans le macrocosme lovecraftien personnel de K.M.. Consecrating the Shrine of Undoing  » permet de construire un monde expansif et suit un chemin très axé sur la guitare, avec des plumes mélodieuses contrastées et des riffs tremblants et écrasants, et se termine sur une note pensive, post-noire. » Treader On The Dreamless Path » touche au fantastique, en commençant par un mur synthétique d’ambiance onirique avant de laisser la place à des guitares soudaines et déchiquetées qui répètent un son perçant pour les oreilles, avec des gloussements gutturaux et d’étranges notes de basse qui grondent.

Les morceaux se déroulent à un rythme modéré, sans jamais s’imposer à vous avec une attitude trop directe ou un blast incessant. K.M. raconte son histoire principalement à travers son jeu de cordes et rien ne le démontre mieux que la conclusion de l’album, « Metempsychosis (Transmigration of the Soul) », une conclusion épique de 11 minutes qui déroule son voyage exploratoire à travers des sections nuancées de sons transformés. D’une flambée ardente de blastbeats et de riffs qui se fondent dans un rythme de batterie et des crécelles serpentines à des plumes de basse plutôt irrégulières et non conventionnelles et une ambiance mystérieuse.

Des lueurs de post-black metal soulignent les passages émotifs, tandis que l’instrumentation rude déchire les vides pour atteindre des mondes inconnus. Les blastbeats sont utilisés avec parcimonie, en fait il n’y en a presque pas et ce n’est pas qu’ils soient nécessaires en raison d’autres profondeurs créatives. Il y a même une irrégularité intéressante dans l’utilisation de certains instruments, car K.M. n’a certainement pas peur de faire des choses un peu à contre-courant et de plonger des riffs ou des ambiances dans une bizarrerie d’avant-garde.

K.M. est un bâtisseur de monde qui semble avoir une imagination sans fin et ces six morceaux offrent un monde entier d’histoire dans lequel les pages se tournent vers chaque chapitre simplement en écoutant la musique. La grande musique fait cela et Ars Magna Umbrae fait partie de cette catégorie de groupes de black metal dont la musique semble peindre une image vivante. I, Voidhanger ne peut apparemment pas se tromper, avec plusieurs sorties de premier ordre récemment pour ajouter à leur back-catalogue presque sans faille et le très absorbant Throne Between Worlds peut ajouter son nom à cette insolente liste.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :