Deep Vally: « Marriage »

Pour leur troisième album, Deap Vally a reconnu que la somme de leurs parties – deux membres, deux instruments, deux voix – créait une barrière qu’ils voulaient abattre. Contrairement aux deux albums précédents, Lindsey Troy (guitare et chant) et Julie Edwards (batterie et chant) ont ratissé large afin de faire appel à un large éventail d’artistes pour ajouter un petit quelque chose en plus à leur dernière création.

En réfléchissant à la façon dont Marriage a vu le jour, le duo déclare : « être dans un groupe, c’est comme être dans un mariage : parfois c’est magique, parfois c’est un défi insupportable. Pour revigorer ce mariage, nous avons fait de ce troisième album une expérience de changement de genre avec de nouveaux collaborateurs et une instrumentation qui repousse les limites de ce qui nous définissait auparavant ».

Ainsi Marriage utilise le style blues-rock brut de Deap Vally et s’en inspire,r en fonction de la personne qui fait équipe avec le duo à un moment donné. Bien que, fidèles à leur parole, il est évident qu’ils ne sont pas prisonniers des grondements du rock ‘n’ roll guttural cette fois-ci. « Perfunction », une ode à la célébration de l’imperfection, est un morceau d’ouverture survolté qui lance avec aplomb le dernier album du duo. Parmi les trépignements gutturaux et le fretwork rongeant, les petites nuances s’agitent tandis que Troy grogne nonchalamment « I’m a mess/but I’m clever/so fuck it/whatever » (Ke suis une épave/Mais je suis assez intelligent/ pour tout merder). « Magic Medicine « , le premier « single » de l’album, s’élance dans un royaume psychédélique, grâce à son esthétique d’un autre monde. Il est clair que la collaboration du duo avec Flaming Lips sur le bien nommé Deap Lips en 2020 a permis à Troy et Edwards d’élargir leur palette musicale à quelque chose d’un peu bizarre. Avec un motif de synthétiseur fluide et un poing serré, « Phoenix » réduit le blues-rock pour introduire un groove dansant, tandis qu’un Troy sérieux proclame « rien ne va me faire tomber/rien ne va briser ma couronne/ tant que je peux respirer/personne ne va m’arrêter » (nothing’s going to take me down/nothing’s going to break my crown/as long as I can breathe/no-one’s going to stop me ). Un glam-stomp et une attitude couillue alimentent une autre chanson de défiance bourrue avec « I’m The Master » ; noueux et passionné, c’est Deap Vally revigoré et hurlant à la lune « I’m the master/I’m the man/when they come around here/you can tell them who I am » (Je suis le maître, je suis l’homme, quand ils viendront par ici, tu pourras leur dire qui je suis), comme s’ils étaient les nouveaux shérifs en ville.

Comme s’il s’agissait de préquelles à Marriage, le duo californien a sorti deux EP plus tôt cette année, Digital Dream et American Cockroach , qui suivent tous deux le même manifeste : la collaboration est la clé, le genre ne l’est pas. Deux titres ont été extraits de chaque EP : «  I Like Crime » avec Jennie Vee de Eagles of Death Metal/Palaye Royale et « Give Me a Sign »extrait de American Cockroach. «  High Horse » », avec KT Tunstall et Peaches, et «  Look Away « , une collaboration avec Jennie Vee de Warpaint, représentent de leur côté Digital Dream . Ce quadrant de chansons collaboratives montre que Deap Vally s’éloigne de ce que l’on pourrait attendre de son blues-rock délirant. En particulier, «  Look Away «  qui ressemble plus à Warpaint qu’au duo de Cali, grâce à son climat brumeux, marécageux et éthéré alors que «  Give Me a Sign » se déploie avec une texture fumée qui fait plus appel à la mélancolie et à l’atmosphère qu’à des batteries et des riffs déglingués. « I Like Crime » et « High Horse « , quant à eux, canalisent la soif de DV pour quelque chose de viscéral, mais avec une nuance électronique par-ci et un virage inattendu par-là.

Cela montre que si l’on garde l’intérêt et que l’on pimente les choses de temps en temps, cela augure d’un mariage heureux dont on a hâte que Deap Vally renouvelle les vœux dans un avenir proche.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :