Katherine Priddy: « The Eternal Rocks Beneath »

Écouter The Eternal Rocks Below, c’est sombrer dans une rêverie. Elémentaire et évocateur, le début tant attendu de Katherine Priddy trouve la chanteuse/compositrice basée à Birmingham mettant une touche contemporaine à la mythologie. Avec une voix comme l’eau qui jaillit d’une source de montagne, la grâce tourbillonnante du ton de Priddy fait écho à celle des grands du folklore celtique et britannique. En fait, lors du single Indigo, on entend même des nuances d’Enya, la mélodie du chœur lilte rappelant The Council of Elrond d’Howard Shore (qui ravira sans doute les fans de Trad et de Tolkien). Cependant, ne la prenez pas pour quelque magicien de tours bon marché ; un talent tout à fait unique, ce sens de la fantaisie Priddy canaux n’est pas un simple déchet. Inspirée par Brontë et la légende grecque, son talent pour la narration et les atmosphères surnaturelles donnent à cet ensemble d’originaux une sensation épique. Et qu’est-ce qu’un fil bien filé sans un peu de conflit?

Après le printemps 2020, les artistes ont dû tout réévaluer. Les calendriers de diffusion, les tournées, la communication avec les auditoires; il faudrait que tout soit fait différemment. Sur le succès de l’EP Wolf 2018, 2019 a été une année de rupture pour Priddy. Après avoir tellement impressionné Richard Thompson qu’il l’a invitée en tournée, elle a fait des répétitions de plusieurs pièces de radio et a tourné la tête au Towersey Folk Festival, à Shambala et au Cambridge Folk Festival. Ce dernier décerne à Priddy le Prix Christian Raphaël décerné chaque année à un artiste prometteur, offrant un soutien industriel significatif. Avec le soutien du programme de mentorat de l’English Folk Expo, le tournant de la décennie a été très prometteur, avec plusieurs dates, une sortie d’album et une performance de Glasto.

Mais Priddy a roulé avec les coups. Elle est devenue un incontournable de la diffusion en direct, rejoignant les téléspectateurs lointains dans le cadre du projet de loi du Philadelphia Folk Festival et s’est associée à plusieurs contemporains en ligne (l’un d’eux étant Ciaran Algar, dont les cols ont été une bouée de sauvetage pour de nombreux spectateurs épuisés par le confinement). J’ai d’abord pris conscience de Priddy à travers son sublime hommage à Nick Drake, quand elle a couvert « Northern Sky » et « River Man » aux côtés de Lukas Drinkwater, Jon Wilks et Jon Nice. Citant Drake comme l’une de ses plus grandes influences (elle a grandi à Alvechurch, juste en bas de la route de sa maison et lieu de repos à Tanworth-in-Arden) Priddy les interprétations fidèles et sincères a montré toute la nuance et l’intrigue introspective qu’il était célèbre pour. Sa biographie a également nommé John Martyn et Jeff Buckley, encore une fois sans surprise compte tenu de sa capacité vocale balletique et penchant pour tendre, arrangements luxuriants.

Avec un casting tout aussi impressionnant de musiciens, The Eternal Rocks Beneath a été enregistré pendant deux ans aux studios Rebellious Jukebox, avec Simon Weaver faisant un travail remarquable sur la batterie, les percussions et les tâches de production. « Indigo », qui ouvre le disque, fait allusion à l’accolade d’harmonies et de riches tartinades texturales encore à venir. Semblant provenir du même genre que ses The Old Tree Sssions, le trille de chants d’oiseaux nous fait entrer dans cette ode nostalgique à l’enfance et au passage du temps. Priddy a récemment partagé ses réflexions sur les raisons pour lesquelles ces thèmes semblent si répandus : « (C’est) une réflexion sur les autres éléments transitoires de l’enfance… Je pense que l’album dans son ensemble touche beaucoup de choses. Je suppose que c’est logique, étant donné que cet album contient un grand nombre des premières chansons que j’ai écrites à l’adolescence ».

Même avant de poursuivre son amour de la littérature à l’Université du Sussex, la maîtrise de Priddy de la langue et le songcraft semblent avoir été remarquablement bien arrondie. Prenez le couplet « A breath-cloud on a window, a shadow on the lawn / Or a leaf on the breeze and a star in the dawn » (Un souffle sur une fenêtre, une ombre sur la pelouse / Ou une feuille dans la brise et une étoile dans l’aube), par exemple, ou la perspicacité de « Your troubles are old for a body so young » (Tes problèmes sont vieux pour un corps si jeune), rappelant les réflexions de Buckley et Neil Young sur l’adolescence. Il y a une exactitude dans son écriture; pas un mot n’est déplacé. À propos de « The Spring Never Came », un film déchiré, elle se lamente : « J’ai perdu toute mon éloquence en vers », ce qui semble difficile à croire. En écrivant des chansons, Priddy aspire à l’idée que ses paroles devraient être assez fortes pour être seules sans accompagnement musical. Et ça se voit. The Eternal Rocks Below se sent souvent comme s’il devait être relié en cuir ou arborer le logo Penguin le long de la colonne vertébrale.

Si vous deviez externaliser les sœurs de First Aid Kit dans les landes du Yorkshire, vous n’obtiendriez probablement pas un résultat aussi tranquillement captivant que Wolf. Inspiré par Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, ne vous attendez pas à une quelconque théâtralité à la Kate Bush, juste à un subtil mélange d’Americana et de folk anglais, magnifiquement rendu et discret. Lorsque le tin whistle de Ciaran Clifford se fraye un chemin à travers ce lit sonore chaleureux de cordes, on se dit que tous ces drames d’époque seraient bien avisés de faire appel à Priddy la prochaine fois qu’ils auront besoin d’une composition suggérant un paysage rude et indompté. Si les prévisions étaient particulièrement menaçantes, Ring O’Roses pourrait servir le même objectif. Alors que certains folkloristes, tels que Steve Roud, nient les allégations selon lesquelles la comptine originale aurait des origines de peste, la version de Priddy explore ces profondeurs plus sombres, en s’inscrivant dans l’école de Kathryn Tickell, qui consiste à choisir une chanson pour enfants et à la transformer en une chanson aigre. Vous pourriez passer directement à la chanson, mais vous seriez seul, alors que des chœurs obsédants chantent les morts.    

Les ombres semblent traquer ces chansons. Dans « The Spring Never Came », « Shadow-boy » est la cause du malheur de Priddy. Alors que sur le morceau phare « Eurydice », avec son bavardage maniaque et son intro de ligne de guitare inversée, nous trouvons Orphée qui raconte son voyage : « Aux confins sauvages de ce terrain vague, où aveuglément je gaffe / Je brise le silence qui me traverse comme le tonnerre « , avant que la dernière strophe de Priddy ne donne ce coup de marteau dévastateur : « Et la première lumière du matin, un moment de calme / Une virgule, un tiret, une ellipse chargée jusqu’à ce que / Tu t’enfonces lentement, je savais que tu n’étais qu’une / ombre derrière moi / Je t’ai aimé aveuglément ». « Eurydice », « Icarus » et « About Rosie », Priddy marie les confessions autobiographiques tranchantes que l’on peut attendre d’un auteur-compositeur-interprète contemporain, avec des récits qui semblent traditionnels. Ces morceaux reflètent le compromis, la confusion et l’extase qui accompagnent parfois l’amour, mais ils restent dynamiques, quelle que soit la solennité de la situation. Prenez par exemple la note finale curieusement pleine d’espoir d’« About Rosie » : « La seule prison est le corps dans lequel vous êtes né / Tout est susceptible de changer sans avertissement ».

Une grande partie de la magie du disque est également due à un jeu exceptionnel. Le fingerpicking de Priddy sur « The Isle of Eigg » berce doucement la mélodie, la martelant en une délicate harmonie, avant que Mikey Kenny ne le rejoigne au violon, une rafale de notes captant les derniers rayons du soleil sur cet air celtique entraînant. Ailleurs, « Letters from a Travelling Man » offre un changement de rythme bienvenu, Richard March (de Pop Will Eat Itself) à la contrebasse swinguante, Michael King au banjo et Dan Green au bodhran, propulsant cet adieu en fanfare, tout dépendant du lead mesuré de Priddy.

Puis, les harmoniques ondulent sur le lent refrain de « The Summer Has Flown », alors que l’adieu de Priddy s’estompe. Mais l’impression reste. En discutant de l’inclusion de ses premières chansons dans cet album, Priddy a révélé son raisonnement derrière le titre : « C’est presque une façon d’emballer ce chapitre de ma vie et de tirer un trait dessus. Les roches éternelles en dessous – les fondations de ce qui a été et la base pour tout ce qui va suivre ». Eh bien, les fondations sont rarement plus solides que ça. Un début de véritable substance, c’est comme chercher un simple abri et tomber sur une mine de diamants.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :