My Morning Jacket: « My Morning Jacket’

Qu’il s’agisse d’une détermination tenace à évoluer ou d’une peur des rendements décroissants, les albums de My Morning Jacket depuis Z, le point de repère cosmique Americana en 2005, ont suggéré un groupe qui s’éloigne de ses points forts. The Waterfall (2015) (dont les sessions ont également donné lieu à la sortie surprise de The Waterfall II l’année dernière) offrait une puissante touche technicolor au son expansif du groupe. Mais même cet album n’a pas réussi à égaler le mélange musclé de rock sudiste croustillant et propice aux confitures, d’atmosphères espacées et de sensibilité d’auteur-compositeur-interprète cultivé sur At Dawn (2001) et It Still Moves (2003).

Enregistré sans pratiquement aucune aide extérieure après qu’une poignée de concerts donnés à l’occasion du 20e anniversaire de leur premier album The Tennessee Fire en 2019 ait ravivé les énergies du groupe, My Morning Jacket – leur premier album en six ans – se trouve à mi-chemin entre les excentricités brillantes des albums plus récents duh et la dynamique du « jam band » à combustion lente, mais hautement combustible.

Les chansons simples et l’aspiration à la compassion et à la connexion humaine dans un monde déraillé par l’avidité et les distractions technologiques dans les paroles sincères et directes de Jim James, auteur-compositeur, chanteur et guitariste, sembleraient simplistes, voire désespérément naïves entre de mauvaises mains. Ici, une réserve apparemment inépuisable d’idées et d’interactions télépathiques (écoutez comment l’implacable mantra d’un seul riff de « Love Love Love » voit le groupe imiter organiquement une machine bloquée sur une boucle enivrante, ou comment l’optimisme brillant de « Lucky To Be Alive » déraille en un duel de guitares pulvérisant juste au moment où l’odeur peu gratifiante d’une chanson fantaisie commence à émerger) et la gamme étendue de tons vocaux de James (implorant et countryfié sur « Out of Range, Pt 2 », mâchant les syllabes et crachant les os sur « Never In The Real World ») transforme le matériel en une expérience d’écoute joyeuse, chaleureuse et extrêmement contagieuse.

Il n’y a pas une seconde de perdue sur les trois épopées prolongées qui forment l’épine dorsale de l’album. Les accords d’orgue lugubres et la fusion des touches de Neil Young et Crazy Horse de « In Color » déclenchent un hymne d’une intensité (et d’une lourdeur) peu commune à l’acceptation de la diversité humaine, mais le véritable moment d’étonnement arrive avec « The Devil’s In The Detail ». Avec deux Jim James concurrents délivrant un sermon construit sur un accord et demi qui passe en quelque sorte d’une scène de bataille épique dans Stranger Things aux injustices qui maintiennent notre système consumériste obsessionnel, il faut un bon moment pour réaliser que sept minutes hypnotiques se sont écoulées avant que la chanson ne s’élève dans une coda space-rock à la Pink Floyd, le guitariste Carl Broemel étant maintenant passé au saxophone.

Bien que la légèreté et la rêverie de la magnifique conclusion « I Never Could Get Enough » soit clairement une chanson d’amour, il n’est pas exagéré d’imaginer que les sentiments de nostalgie s’appliquent à l’irrésistible besoin de retrouver le son de ce groupe remarquable après une longue pause. L’auditeur est susceptible d’être d’accord et de recommencer le disque depuis le début, une fois que les ondulations très cosmiques des claviers du morceau prolongé s’estompent enfin (mais trop vite).

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :