Mark Bachmann: « Dream Logic »

Dans un modeste home studio de Brooklyn, Bachmann a enregistré des souvenirs. Des guitares gonflées et des couches de synthétiseurs remplissent la pièce, à la recherche d’une recréation exacte des sentiments ressentis. Avec la rotation d’un bouton, il le trouve enfin.

Dream Logic est son dernier album – un mélange hypnotique de chansons pop ambiantes larmoyantes et d’instrumentaux cinématiques. Ses 11 titres s’étirent et expérimentent avec le genre tout en restant fidèles à un flux naturel. Les fans des deux derniers albums d’Orindal (très différents) de Bachmann – Walking Preference (2019) et Unconditional Love (2018) – apprécieront la façon dont Dream Logic parvient à les développer. Jusqu’à ce disque, il avait soigneusement contenu ses divers styles musicaux dans des collections soignées – enregistrer des chansons sous le nom de « Big Eater », enregistrer de la musique instrumentale orientée jazz snommée « Pachanga », et enregistrer de la musique drone mélodique répétitive sous son propre nom.

Le principe directeur de Dream Logic était d’intégrer ces modalités de création musicale, en permettant à ce qui allait sortir de sortir, sans se soucier de savoir si cela avait un sens. L’album a ainsi été enregistré principalement seul, Bachmann façonnant les sons avec des pédales de guitare ou les fonctions Varispeed de sa console à cassettes, ralentissant ou accélérant les pistes pour obtenir des résultats intéressants. Influencé par les années passées à jouer de la basse et à enregistrer avec Mega Bog, Bachmann a fait appel à un grand nombre de musiciens pour remplir le disque de charmes décoratifs. Kyle Boston (guitare) et Brady Custis (production/guitare) ont aidé à jeter les bases du roux textuel de Dream Logic avant que les Boggers Derek Baron (batterie), Will Murdoch (synthés), James Krivchenia (percussions) et d’autres n’ajoutent leurs épices au chaudron sonore.

Bien que le texte soit clairsemé, Bachmann rend ce qui est dit sur Dream Logic. Ses réflexions tristes et ses images floues de rétroviseur éclairent indirectement certains des moments les plus difficiles de sa vie – en particulier, la perte de son père en 2013, emporté par la maladie de Lou Gehrig. Le single exubérant et lourd en vibraphone « Apple Pie » est un hommage au passe-temps de son père, la pâtisserie, qu’il a continué à pratiquer alors que son esprit commençait à se détériorer ; « My Dad and His Boat » fait référence à une histoire racontée à plusieurs reprises par la grand-mère de Bachmann, qui peut ou non avoir été colorée par sa démence croissante. Chacun de ces souvenirs est présenté comme un fragment d’une association subconsciente, provoquant la tension d’un muscle avant de s’envoler aussi vite qu’il est venu. Ils sont tous suivis d’un espace de réflexion – ou d’évanouissement – comme on le verrait dans un film.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :