Laurel Premo: « Golden Loam »

Nous avons perdu le compte du nombre de merveilleux disques de guitare qu’il y a eu cette année, mais en cette fin 2021, les hits continuent d’arriver. Le plus frappant est l’étendue des styles, des sons et des émotions que les artistes apportent au bercail et Premo ajoute un autre bûcher à la collection avec les racines électriques mondiales de Golden Loam. Premo n’est pas seulement une fantastique guitariste, elle est aussi une violoniste accomplie (regardez cette merveilleuse performance avec Jake Blount) et c’est aussi cet esprit qui imprègne Golden Loam.

Premo a un toucher doux qui transmet un puits de force et de sentiment. Sur ces 10 morceaux, une intimité émerge du brouillard matinal, partagé entre les branches des arbres et les lits des ruisseaux. « On My Way to See Nancy », adapté du violoniste de Virginie occidentale Edden Hammons, son arrangement à la guitare fredonne, suivant les discrets sentiers sinueux à travers les forêts denses, à des millions de kilomètres de toute ville ou village. Le même esprit brûle dans « Jake’s Got a Bellyache » – une autre adaptation d’Edden Hammons – bien que le ciel soit plus sombre et que des feux soient apparus au loin. Premo donne à ces chansons une touche de modernité, même si leur cœur reste sans âge.

Golden Loam comprend également trois chansons originales, mais, comme les chansons originales de Myriam Gendron sur « Ma Délire », les passages de Premo, intemporels comme ils sont, auraient pu être écrites il y a 100 ans. Aidée par le joueur de bones Eric Breton sur « Jericho », Premo parcourt des gammes et des changements d’accords en creusant dans un blues imprégné de terre. Le soufre hurle dans la teinte déformée de sa guitare. « Father Made of River Mud » est plus contemplatif, arraché à des hymnes vieux de plusieurs siècles, car il considère les mouvements lents qui nous entraînent vers le bas.

C’est dans les moments les plus calmes, cependant, que Golden Loam brille le plus. « I Am A Pilgrim », l’une des seules chansons sur lesquelles Premo chante, brille absolument dans sa tendre progression. Cette chanson est un parfait microcosme de ce qui rend Golden Loam si mémorable, car Premo combine plusieurs fils de l’histoire, des hymnes gospel à la musique Sacred Harp ( tradition de musique chorale venue de Nouvelle-Angleterre) en passant par la famille Carter et ses propres ajouts, rassemblant toutes ces souches en un seul faisceau de lumière. La chaleur tourbillonne de la guitare et de la voix de Premo, remplissant l’air de l’odeur familière de la maison et éclairant le chemin vers un endroit sûr. 

« Torbjørn Bjellands Bruremarsj », une marche de mariage norvégienne séduisante, se situe dans un espace similaire à celui de « I Am A Pilgrim » et tend une main indulgente aux personnes fatiguées. Ces doux moments sont empreints de calme, tandis que des émotions solennelles planent avec précaution dans l’air. Premo ne recule jamais devant rien de tout cela, apportant une réalité viscérale à Golden Loam qui enfonce l’album dans le sol et fait germer ainsi une nouvelle croissance.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :