LP: « Churches »

La beauté de la pop est qu’elle peut être expansive et malléable. La musique et les paroles peuvent être poussées dans diverses directions, émulant des instruments et des styles d’écriture d’une infinité d’autres genres, mais retombant ensuite vers un son accessible et agréable pour la plupart. C’est exactement ce que LP exécute dans ses incursions dans la musique pop sur Churches, leur sixième album studio et le premier après Heart to Mouth en 2018. Ils emploient divers synthétiseurs, des tambours, des bruits ambiants et même un peu de chaos pour faire un disque pop imprégné d’éléments de rock, de country et de musique alternative. C’est une entreprise ambitieuse, mais qui s’avère toujours payante.

L’auteure-compositrice-interprète (née Laura Pergolizzi) – qui a écrit pour des artistes comme Rihanna et Leona Lewis – est peut-être plus connue à l’échelle internationale pour le « single » « Lost on You » de 2015, qui a bien marché en Europe. Bien qu’il ait joué un rôle important dans les coulisses, Churches est un album entièrement consacré à LP. Il est mûr avec les insécurités et l’expérimentation, un étalage de lyrisme et de capacité de ceinture.

« Everybody’s Falling in Love » commence par un morceau de pop facile à interpréter, sur des airs de Christine and The Queens. « Bois-moi comme le vin le moins cher/ Et disparais en un jour/ Je ne cherche pas à gagner » (Drink me like the cheapest wine/ And disappear in a day/ I’m not going for the win), chante LP sur un rythme de synthétiseur mid-tempo. La chanson se balance à basse altitude pendant les couplets avant que le rythme ne s’accélère pour chacun des refrains groovy.

LP dérive ensuite vers le territoire que ne renierait pas Miley Cyrus, et bien que cela ne soit pas perceptible au premier abord, cela se ressent dans leur son, leur énergie et leur dextérité vocale. Miley Cyrus est passée maître dans l’art de chanter en tant que pop star réelle et fictive et a enregistré des albums qui couvrent les styles country, pop, punk rock, R&B et psychédélique. Beaucoup de ces genres sont repris par LP dans le seul nouvel album.

Les styles country sont intercalés sur « My Body » avec un début entraînant, accompagné de cris, de hurlements et de claquements de mains. La chanson est émouvante parce que LP utilise l’écriture pour réclamer la propriété des défauts de son corps : « En ce qui concerne les syndromes, Stockholm est plutôt charmant »(as syndromes go, Stockholm is kinda lovely,) et pour respecter son identité non-binaire. Même si elles se sentent seules après que leur amant les ait quittées, qu’il en soit ainsi. « J’ai envie de repartir à zéro, de passer du punk rock à la bossa nova, de changer de style et peut-être de me laisser aller à la folie, de commencer à faire plus attention à moi », chante LP.

«  Yes » suit la même veine ; un refrain à la guitare acoustique qui se transforme en un refrain belliqueux. Cyrus et sa voix rauque influencée par la country pourraient s’en emparer, mais ce qui est intéressant, c’est que Céline Dion, qui a déjà enregistré les chansons de LP, pourrait aussi le faire. La version de LP de « Yes » sonne bien, mais la chanson est définitivement ambidextre et avec le style de Dion, elle pourrait devenir une ballade envolée pleine d’anecdotes inspirantes.

On trouve aussi « How Low Can You Go ? » qui est un morceau poppy et optimiste tout au long de l’album. Elle commence par un début très descriptif : « La dernière fois que je t’ai vu/ On a pris de la coke dans un placard/ Au Château Marmot/ On était heureux et à fond » ( Last time I saw you/ We did coke in a closet/ At the Chateau Marmot/ We were happy and on it). Sur « Rainbow », une guitare acoustique calme mène la chanson alors que LP chante l’apprentissage de voir la lumière du jour entre les pierres qui leur sont lancées. « Est-ce que ça vaut la peine de survivre juste pour voir un arc-en-ciel » (Is it worth surviving just to see a rainbow), chantent-ils de façon étrange.

Churches s’achève avec « Poem » » qui n’est rien d’autre que cela. En seulement 75 secondes, ils parviennent à trouver du réconfort, à revendiquer enfin leur corps, à se sentir en sécurité avec le prix au bout de l’arc-en-ciel. « Tu es mon église/ Et cela commence quand on se touche » (You are my church/ And it begins when we touch), dit LP dans les dernières lignes de l’album.

Au cours d’un mois dominé par la musique avec des cloches qui tintent et des antidotes chaleureux sur les cheminées, Churches de LP pourrait offrir le morceau le plus frais et le plus original de nouvelle perspective que nous trouverons. LP a créé un album qui défie les étiquettes prescrites. Prenez le temps de le découvrir.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :