Arca Kick: « ii-iiiii »

Bienvenue dans la saison (ou la maison) Arca. L’artiste expérimental sort quatre nouveaux albums cette semaine, un par jour, complétant ainsi le quintet qui a débuté il y a 18 mois avec KiCk i. Les quatre nouvelles pochettes racontent une sorte d’histoire, avec l’artiste titulaire subissant diverses machinations : de la gardienne de squelettes à deux têtes, à une super arme mécanisée, jusqu’à sa forme finale exultante chevauchant une bête tout droit sortie d’une peinture de Frank Frazetta.

Cependant, aussi intriguant que soit l’art, il n’apporte pas beaucoup de lumière sur la musique. C’est un excellent compagnon, mais plus de deux heures d’Arca vivent et meurent en toute indépendance. Pour le meilleur ou pour le pire, c’est en gros ce que l’on attend d’une suite dense et expérimentale : du chaos, des interludes en mode cyborg, tout en pitchs décalés, un peu de répit et encore du chaos.

Si KiCk i peut être considéré comme de la musique de club déconstruite, KiCK ii est du reggaeton déconstruit. Une idée géniale (voir DJ Python), mais qui donne lieu à la musique la moins intéressante de toute la collection, car la première moitié s’appuie sur des rythmes reggaeton typiques (bien que joliment spectraux sur Rakata) pour des chansons assez simples. Si elle avait été plus avant-gardiste ou plus éphémère, elle aurait peut-être mieux fonctionné, mais elle ne frappe pas avec l’intensité qu’elle devrait. Cependant, Femme apporte un peu d’intérêt avec ce qui ressemble à des épées littérales qui tournent en rond, avant que Mica Levi et Clark ne maintiennent les choses en place de manière agréable. Mais la collaboration avec Sia (« Born Yesterday ») apparaît comme beaucoup trop normale, laissant l’album s’éteindre sans grande impression.

Arca avait promis que KicK iii traiterait de palettes sonores violemment euphoriques et agressivement psychédéliques. Chaque passage s’ouvre sur une voix robotique en guise de réintroduction, et celle-ci passe de l’espagnol à l’anglais, rappe un peu, puis le rythme se transforme en un essaim d’abeilles. Jusqu’ici, tout va bien. Incendio présente un peu plus de rap espagnol sur un beat de type Modeselektor et Rubberneck a quelques bruits industriels punitifs, mais c’est surtout un sentiment de chaos contrôlé. Skullqueen et Electra Rex mélangent la sérénité et l’apocalypse avec un excellent effet, ce dernier se livrant au pitch-shifting maniaque que l’on attend d’Arca. Mais les morceaux plus calmes sont également agréables, comme le Joya à la Björk et le Señorita aux accents hip-hop (coécrit avec Max Tundra).

kick iiii était destiné à être entièrement composé de piano instrumental, et bien que ce ne soit pas le cas, c’est une affaire relativement calme (en contraste frappant avec sa couverture violente). Oliver Coates ajoute un peu de gravité à Esuna avec son violoncelle typiquement magnifique ; « Hija » dérange avec des voix robotiques enfantines parmi des cordes plissées ; Shirley Manson est discrète par rapport à son style habituel, mais néanmoins agréable sur Alien Inside. « Queer » avec Planningtorock est une collaboration évidente d’Arca, et une bonne chanson, mais un peu incongrue sur cet album.

Le dernier album est plus facilement identifiable à sa pochette : Arca baignant dans un flot de lumière, regardant vers le ciel, bien que des éléments monstrueux subsistent. kiCK iiiii est sa collection de chansons la plus céleste, mais sans fioritures, à ce jour. On n’y trouve qu’occasionnellement des embellissements électroniques, avec beaucoup de piano nu (La Infinita, le magnifique break de Fireprayer), des cordes orchestrales (Estrogen) et des arrangements glorieux et chatoyants (PU, Tierno, Ether). Tout n’est pas lisse – les percussions dentelées de Músculos, le bavardage « psycho-diva » de Ryuichi Sakamoto sur Sanctuary, le moment final de Crown qui pourrait être une gorge tranchée – mais c’est aussi paisible que vous n’avez jamais entendu Arca.

Cette collection fonctionne parfaitement bien dans sa forme complète, mais pourrait tout aussi bien être découpée en albums ou morceaux individuels (un peu comme Arca le fait avec le concept de genre). Il s’agit simplement d’un artiste à la créativité débordante qui nous offre un aperçu de ce qui se passe derrière le rideau pendant quelques heures. Faites-vous plaisir à votre guise.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :