Mastodon: « Hushed And Grim »

Au cours des vingt dernières années, les auditeurs ont suivi les maestros métalleux d’Atlanta, que sont Mastodon, dans des aventures assez folles. Nous avons chassé la baleine blanche sur l’album Leviathan en 2004 et traversé les plans astraux et, plus récemment, erré dans le désert avec l’album Emperor of Sand en 2017. Étonnamment, malgré ces escapades dignes de Donjons et Dragons, le groupe n’a jamais sorti de double album – jusqu’à maintenant. Écrit après la mort du père du groupe et manager bien-aimé Nick John et forgé face à une pandémie mondiale, Mastodon a une fois de plus fait face à la mort, la maladie et l’incertitude paralysante et en est ressorti avec de l’or.

Leur album le plus sombre et, osons le dire, le plus gothique – soutenu par une autre couverture d’album phénoménale et terriblement sinistre réalisée par leur collaborateur de longue date Paul Romano – Hushed And Grim voit le groupe produire 88 minutes de furie mélancolique sans aucun morceau de remplissage en vue. Avec le producteur/mixeur David Bottrill aux commandes – plus connu pour son travail avec ses anciens compagnons de tournée TOOL – le groupe n’a jamais sonné de manière aussi nette et enseignée malgré la densité de ce qu’il propose. Leur neuvième album est le plus ambitieux – et ce n’est pas peu dire – depuis Crack The Skye, sorti en 2009. Le groupe n’a jamais marié de manière aussi experte les moments mélodiques avec sa rage. Le métal de Mastodon peut parfois sembler implacable pour les non-initiés, avec ses gammes détraquées et ses fioritures de batterie mitrailleuse qui excitent autant de gens qu’elles en excitent.

C’est une tendance qu’ils ont essayé d’atténuer avec les morceaux plus accessibles de leurs deux derniers albums. Avec Hushed And Grim, le quatuor revient sagement à ses anciennes impulsions plus prospectives, tout en conservant son sens de l’accroche. Pour la première fois depuis longtemps, ils ont trouvé l’équilibre parfait, les moments de thrash à couper le souffle se transformant soudainement en breakdowns bluesy ou en solos Maiden-Esque. Bien qu’un petit nombre de fans puissent encore déplorer que les quinze morceaux proposés n’atteignent pas les profondeurs brutales de « Blood Mountain », ceux qui ont une vision moins étroite se réjouiront que le groupe ait une fois de plus amélioré son son et atteint de nouveaux sommets.

En dépit de sa longueur gigantesque, il n’y a pas de remplissages ici, pas de petits interludes instrumentaux pour remplir le temps, juste une série de coups de poing entièrement réalisés qui cachent des fioritures qui récompensent les écoutes répétées. Par exemple, « Skeleton Of Splendor » s’enorgueillit d’un solo de synthétiseur sans pour autant faire dérailler l’ensemble du projet, preuve d’un véritable talent artistique. Dans « Teardrinker », Troy Sanders déchaîne un breakdown de basse étouffé par la Wah, tout droit sorti du manuel de Cliff Burton, qui fera sourire n’importe quel métalleux. Le groupe n’a jamais vraiment lâché la balle, donc le fait que cet album claque fort n’est pas une surprise ; ce qui est surprenant, c’est qu’un groupe qui regarde la cinquantaine dans les yeux laisse tomber certains de ses meilleurs morceaux.

Le titre « Dagger » ne dépareillerait pas dans la récente adaptation de Dune de Villeneuve. Il a une sonorité à la fois exotique et sinistre, tout en offrant des paroles magnifiquement simples qui pleurent la chute d’un frère. Avec ses huit minutes et demie, Gobblers Of Dregs » est le morceau le plus complexe de l’album, mais aussi l’un des plus gratifiants, toute la dernière moitié étant consacrée à envoyer l’auditeur dans la stratosphère sur un lit de groove. Quiconque connaît le groupe ne sera pas surpris de le voir changer de vitesse et de tempo, mais sera agréablement ébloui par la douceur avec laquelle il exécute ces 360° de nos jours. Le rythme effréné que l’on voyait sur des titres comme « The Last Baron » a laissé place à quelque chose de plus structuré qui convient à ce projet pensif.

Très tôt, Mastodon a été considéré comme l’une des perspectives les plus excitantes du métal du 21e siècle. Grâce à ce mastodonte sonore, ils conservent facilement cette couronne tout en ajoutant un autre joyau brillant. Hushed And Grim est un rappel de ce qui rend le groupe si apprécié tout en s’engageant avec audace dans un nouveau chapitre. Ils n’ont jamais sonné aussi forts, lourds, bons et affutés.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :