Hen House: « Equaliser »

Pour ceux d’entre vous qui n’y ont pas prêté attention, Hen Hoose est un collectif composé de quelques-unes des meilleures musiciennes que l’Écosse a à offrir et Equaliser est leur premier album. Le disque s’ouvre sur le récent « single », « Monochrome », une collaboration entre Emma Pollock et Pippa Murphy, qui a un joli son indie nous faisant penser aux Long Blondes, aux Raincoats et à Lush. Dans « Just Be Real », Pippa Murphy fait équipe avec Rachael Swinton pour un titre plus feutré et sulfureux, aussi honnête que somptueux. 

La charge de ce collectif a été menée par Tamara Schlesinger, que vous connaissez peut-être mieux sous le nom de Malka, et ‘ »These Are The Nights » la voit s’associer à Karine Polwart pour une rompue alt-pop typiquement tropicale mais sombre. La basse 80s de « The Best Is Yet To Come » fait, elle, appel à Amandah Wilkinson et Carla J. Easton pour travailler avec Schlesinger sur un morceau qui serait parfait dans un film de John Hughes sur l’émancipation des femmes face à la misogynie capitaliste – pensez à Working Girl mais avec plus de néon.

Le ton baissera sur « Revolution Retribution », où Wilkinson s’associe à Jay Puren pour une mélodie plus sombre et des paroles rappées qui vous entraînent instantanément dans leur univers. Elisabeth Elektra et Susan Bear font équipe sur « Hush Hush », une mélodie glaciale avec des notes de basse lunatiques et une ambiance à la Sia et Goldfrapp, tandis que « Go Easy » ramène Polwart aux côtés de Bear pour une ode délicate et folklorique à l’attention portée à soi et à la gentillesse – c’est absolument magnifique. Un autre « single », « The Bliss », voit Schlesinger faire équipe avec Inge Thomson sur un morceau impavide et éthéré, aussi atmosphérique que captivant avec ses collections de rythmes, de sons et de mélodies fragmentées. 

La belle ballade dramatique qu’est A Change In The Light » de Sarah Hayes et Pippa Murphy est le genre de chanson déchirante propre à rendre Adele jalouse et « Make It Alright » est un morceau triste au piano de Hayes et Elektra qui tire le meilleur parti des vibrations synthétiques des années 80. L’avant-dernière chanson est « Outrun You » de Wilkinson et Thomson avec un vrai sens de la pop outsider pleine d’excentricité et de charme. Le dernier titre, «  Burn It All « , écrit et interprété par Thomson et la regrettée Beldina Odenyo, est une douce mélodie au piano qui grandit et se transforme en un morceau de musique épique. Cet album était destiné à mettre en valeur le talent féminin écossais actuel et à donner de la force et de l’espoir à celles qui suivront. Tragiquement, cet album est maintenant aussi un testament au passé et au talent perdu de Beldina Odenyo, mais il y a encore de l’espoir – il y a toujours de l’espoir.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :