Kælan Mikla: « Undir Köldum Norðurljósum »

Les groupes à l’esthétique gothique ont tendance à apparaître comme des poissons hors de l’eau sur les scènes des festivals d’été de jour – quelque chose à propos des créatures pâles et vêtues de noir du clair de lune sous un soleil étouffant entraîne une sorte de dissonance cognitive. Pourtant, lorsque Kælan Mikla s’est produit au festival Pasadena Daydream de The Cure en 2019 sous une chaleur de 90 degrés en début d’après-midi, leur performance dramatiquement sorcière a semblé jeter une sorte de sort sur le public. On aurait même pu jurer que le soleil californien était enveloppé de nuages et de brume pendant 40 minutes alors que le trio islandais de darkwave conjurait une sorte de magie hypnotique.

À l’instar des groupes gothiques du début des années 80 dont il est issu (Cocteau Twins, Xmal Deutschland, etc.), le groupe équilibre des ambiances inquiétantes avec un sens du spectacle et un don pour les accroches éblouissantes. La darkwave peut certainement être faite sans égard pour les pistes de danse souterraines, mais ce n’est pas ainsi que Kælan Mikla fonctionne, et sur le nouvel album Undir Köldum Norðurljósum, ils s’appuient sur leur présence établie de brume de synthé glacée et de pulsations de basse post-punk en ouvrant leur production pour permettre un plus grand degré d’atmosphère hypnotique et obsédante.

Il n’est pas tout à fait juste de dire que Undir Köldum Norðurljósum est avant tout de la musique de danse, mais cela fait partie intégrante de l’esthétique du groupe. Sur des titres tels que « Svort Augu », qui ouvre le bal, et « Oysinileg », hymne pop et dynamique, le groupe calibre ses BPM pour une utilisation intensive en club. Mais c’est sur les morceaux où le groupe se permet de s’étendre davantage – comme la symphonie de sept minutes de ténèbres « Sirenur » ou « Hvtir Sandar », leur collaboration avec le shoegazer français Alcest – que Kælan Mikla montre le mieux toute l’étendue de ses capacités.

Undir Köldum Norðurljósum s’appuie sur l’album précédent de Kælan Mikla, Nótt Eftir Nótt, de manière subtile, mais le tableau général est celui d’un son plus complexe et richement texturé qui, par exemple, ne serait pas si déplacé sur la scène d’un festival. Seulement, cette fois-ci, on a l’impression que cette obscurité remplit beaucoup plus l’espace qui l’entoure.

***1/2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :