Charlotte Greve: « Sediments We Move »

Composé d’hymnes choraux, de rock progressif et de free jazz, la suite de la compositrice de Brooklyn présente un cycle fluide de la matière sous forme de son.

Avant de composer la suite en sept parties Sediments We Move, Charlotte Greve a dressé un plan. La compositrice, chanteuse et saxophoniste d’origine allemande et basée à Brooklyn a griffonné et dessiné des formes, des schémas et des diagrammes musicaux. Elle a tracé l’album chanson par chanson, énumérant les principaux instruments, les accents audibles et le « tempo/vibe » de chaque morceau. Dans sa pile de notes et de gribouillis, Greve a poursuivi une philosophie du sédiment, tentant de traduire ses différents états physiques en composition musicale. Enregistré avec le groupe de Greve, Wood River, et la chorale berlinoise Cantus Domus, Sediments We Move a un air d’obsession, chaque mesure étant dédiée au thème.

Par définition, les sédiments sont des matières transportées par le vent ou l’eau et déposées sur la terre. Au fil du temps, ils peuvent s’accumuler au fond de l’océan ou se consolider en de microscopiques couches de roche. Greve est intriguée par ces phases, ainsi que par les changements progressifs entre elles. Elle traduit cette transformation par des tempos fluctuants et un mélange de genres. Composé d’hymnes choraux, de rock progressif et de free jazz, Sediments We Move est riche en détails mais jamais surchargé. Il présente plutôt un cycle fluide de la matière sous forme de son : il se construit, se dissipe et se cristallise à nouveau.

Greve était motivée par le fait que tout objet est une collection de particules, capable de se rassembler et de se disperser. Elle s’est penchée sur la construction de la famille : comment elle est un tout, mais aussi composée de membres interconnectés mais individuels. Lors de conversations avec sa grand-mère, elle a remarqué les similitudes intergénérationnelles entre les membres de la famille. Greve a finalement fait appel à son frère aîné, Julius Greve, pour écrire les paroles de l’album, maintenant le thème de la famille au sens littéral. La connaissance de ce processus rend les chansons plus tactiles. Vous pouvez imaginer leur construction – ressentir les couches qui s’accumulent, comme les sédiments qui ont inspiré Greve.

Son interprétation du processus sédimentaire est formelle ; bien que de nombreuses parties instrumentales soient structurellement simples, elles se superposent pour former de grands obélisques de sons. Il est remarquable que le générique de l’album ne mentionne que cinq types d’instruments : saxophone, synthétiseur, guitare, basse et batterie. La voix légère et l’alto de Greve courbent souvent la surface, mais les mélodies massives et spectrales de Cantus Domus sont les plus spectaculaires. Le chœur change constamment de forme : Sur « Part IV », leurs voyelles sont allongées et leurs harmonies sans friction glissent dans l’atmosphère. Le saxophone de Greve ondule au premier plan, ancrant leurs voix sur la terre ferme. Dans la « Part V », le chœur se fracture en mesures staccato vertigineuses, leurs « la la las » incessants bourdonnant comme des frelons. Aucun des deux états n’est permanent ; ce qui était de la roche redeviendra du limon.

Sediments We Move s’intéresse davantage à la transition qu’aux formes discrètes. « Pensez aux couches comme étant toujours présentes mais pas toujours visibles dans leur intégralité », a écrit Greve sur une page de son carnet de notes. Par moments, les légères couches de l’album sont masquées par des sons plus forts : guitare déchiquetée, batterie battante, synthétiseur brillant. Mais parfois, Greve décortique ces éléments pour révéler une activité sous-jacente. Vers la fin de « Part III », le chœur et la section rythmique deviennent léthargiques et finissent par s’éteindre complètement. Il ne reste qu’un nid de chuchotements, bruissant comme des insectes agités. Ont-ils été là depuis le début, sifflant des messages obscurs ? Les mots ne sont intelligibles qu’à l’aide d’une feuille de paroles : « Croûte en fusion, noyau interne, une goutte de pluie salée. » (Molten crust, inner core, a salted rain drop) Les consonnes s’empilent, légères et nettes. Même les passages les plus maigres de Greve contiennent des strates à passer au crible.

L’album accomplit son propre cycle : La première et la dernière partie sont portées par les mélodies divines de Cantus Domus. Dans la « Part I », les sopranos chantent : « Les sédiments se forment, quoi qu’il arrive, ce qui importe…. » (The sediment forms, no matter what, what matters….) La répétition du mot « matte » » ressemble à une blague interne. À la fin de la « Part VI », les chanteurs masculins se joignent dans un registre grave et velouté : « En tant que sédiments, nous nous déplaçons », (Ass sediments, we move) répètent-ils. C’est comme si les mêmes particules avaient dérivé le long de l’album et, dans cet endroit bas et tranquille, s’étaient momentanément arrêtées.

****

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :